Demain, les plus hautes autorités musulmanes de France se retrouveront pour faire le point sur la de certains de vos coreligionnaires. Qu’attendre d’une telle réunion ?

Ces « hautes autorités musulmanes » de France n’existent malheureusement pas encore. Il existe trois grandes fédérations, dont deux sur trois – soit dit en passant – sont officiellement rattachées à des États étrangers : le et l’Algérie. Enfin, les lieux de culte rattachés à ces fédérations ne sont qu’une minorité sur les environ 2.500 que compte la France. C’est sans appel : il n’existe pas de structure gérant mécaniquement le culte musulman en France.

Donc, quoi attendre ? Rien. L’éradication des réseaux potentiellement violents doit se faire de manière autoritaire, c’est le rôle de l’État, de l’État policier, au bon sens du terme. En amont, la prévention relève de l’ensemble des Français en faisant comprendre aussi qu’une urinant dans une église ou sur un Coran n’est pas générateur de paix. Le terreau de la violence est l’ignorance et la précarité. En cela, la paupérisation des banlieues françaises n’est pas encourageante, d’autant plus que, chaque année, de nouvelles vagues migratoires s’y ajoutent, éloignant de façon inéluctable ces territoires de la République. Les quantités d’argent injectées n’y changeront rien, c’est l’ qu’il faut stopper.

Lors du massacre de Charlie Hebdo, deux victimes étaient des Français d’origine maghrébine, Mustapha Ourrad, le correcteur du journal et Ahmed Merabet, le policier qui tentait de bloquer les assassins de ce même journal. Depuis, un peu plus d’une cinquantaine de mosquées ont été victimes d’attentats plus ou moins violents. Double peine pour les Français musulmans ?

L’incompréhension grandit. Depuis le 7 janvier, nous recevons de nombreux messages de Français musulmans, abasourdis par la violence du drame, la froideur démoniaque des assassins. Mais cela ne changera en rien, le sentiment antimusulman grandit en Europe et en France, pour la joie de certains, la peine d’autres ; mais certainement pas pour l’intérêt du pays.

Double peine ? Oui, sans aucun doute. Vous haïssez des hommes agissant pour Satan et vous vous y retrouvez assimilés. Oui, double peine sans aucun doute. C’est ainsi, chacun sa croix et la vérité triomphe toujours. Et si certaines personnes souhaitaient former des milices d’autodéfense afin de défendre les mosquées, qu’elles sachent que c’est donner de l’importance aux abrutis ! Si l’on est inquiet pour sa sécurité, on en appelle aux forces de l’ordre.

Vous êtes un proche de l’imam , recteur de la mosquée de Bordeaux. Qu’est-ce que ces récents événements ont changé dans la vie quotidienne des Bordelais ?

Je ne suis pas certain que le 7 janvier change le quotidien des Bordelais. Bordeaux est une ville paisible. L’état des quartiers est sans commune mesure avec Paris, Lyon, , Strasbourg… Lors des émeutes de 2005, la communauté urbaine de Bordeaux ne fut pratiquement pas touchée. De plus, l’imam Tareq Oubrou, depuis près de vingt ans, impulse de fortes convergences avec les catholiques, les protestants, la Libre Pensée. Bordeaux est une ville où les rencontres judéo-musulmanes sont devenues banalité, toujours grâce à Tareq Oubrou.

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

14 janvier 2015

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

“Depuis SOS Racisme, les Français musulmans ne sont qu’une réserve électorale”

La droite délaisse ce terrain qui, si elle était réellement conservatrice, lui serait natu…