Coincé entre son aile gauche, Josiane Balasko, la droite et l’opinion publique, a trouvé le cocktail qui met tout le monde d’accord. Leonarda peut revenir. À pied, à vélo, en covoiturage, comme elle veut… Après les municipales, de préférence. Pas les parents. Non, non. L’idéal pour François Hollande eût été de couper la poire en deux et de faire revenir Leonarda, un morceau du père, un petit bout de la mère et quelques organes des frères et sœurs. Histoire de ne fâcher personne. L’expulsion en pièces détachées pourrait représenter le traitement français de l’immigration illégale. Une solution en mesure de satisfaire les lycéens, les classes maternelles, une comédienne de l’équipe des « Bronzés font du ski » et aussi les fachos et salopards dont la France est désormais majoritairement constituée. Idée à creuser.

L’autre juste milieu qui eût consisté à mettre à disposition de Leonarda un jet privé pour qu’elle rentre chaque soir chez ses parents au Kosovo a été abandonnée. La jeune fille a peur en avion.

Empereur de l’indécision, Hollande tente le grand écart et, une fois de plus, se fait un claquage. Ridicule à souhait, mi-chèvre, mi-chou, à peine plus présent que la mire, il énonce ses demi-décisions sur un ton hésitant… Au préalable de son intervention télévisée, sa bien-aimée avait défini la ligne fermement : « On ne franchit pas la porte de l’école ! » François confirme quelques heures plus tard. Ne nous fâchons pas. Il y en aura pour tout le monde. De la mollesse, de la fermeté, il a tout en magasin. Le BHV et La Samaritaine enfin réunis.

Du côté de la famille kosovaro-italo-bricolo, on se frotte les mains. Leonarda di Capricieuse vitupère : un jour ou l’autre, je rentre en France, et c’est moi qui vais faire la loi ! Sans se rendre compte qu’elle l’a déjà faite … Dans un article précédent, j’imaginais qu’à cette allure le gouvernement n’allait pas tarder à laisser sa place à une équipe de Roms. Nous n’en sommes plus très loin… Hollande est aux ordres. D’ailleurs, le père renchérit et affirme qu’il est prêt à revenir en France illégalement dès lundi. Je vous en prie, faites comme chez vous…

Dans cette affaire, les seuls à bien s’amuser sont les expulsés qui ont parfaitement intégré qu’ils pouvaient jouer à loisir avec ce tas de gelée molle qui tient lieu de gouvernement français. Flanby à volonté ! Pourquoi se priver ?

20 octobre 2013

À lire aussi

Débat sur le sexisme, ou l’art d’éviter les sujets qui fâchent

Pendant que filles et garçons rejoignaient leur domicile, des femmes de ménage balayaient …