« La va changer de camp », a déclaré le Président Macron d’un ton martial, à la suite de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine.

Pour Gérald Darmanin, le est « notre ennemi de l’intérieur». La guerre à l’intérieur de nos frontières est donc, enfin, officiellement déclarée ?

Le ministre des Armées, quant à lui, n’a pas surenchéri car, depuis sept ans, au Mali – en particulier -, la France traque l’ennemi extérieur avec 5.500 hommes déployés sur le terrain et dans les airs.

Dans cette opération lointaine dont on nous a répété que c’était pour la de notre pays, 45 de nos militaires y ont perdu la vie. Ils ont reçu les honneurs de la nation, mais parfois avec moins d’éclat, de solennité et de publicité que ce malheureux professeur, victime innocente du terrorisme intérieur.

Et la question est : leur sacrifice a-t-il contenu cette menace dont l’expression dernière, apogée horrible, fait dans un même élan trembler et indigner le peuple ?

Cette guerre intérieure que l’on va enfin déclencher avec l’ampleur et les moyens nécessaires, selon nos dirigeants, est paradoxalement asymétrique, car le faible – en nombre – est pour l’instant le fort, dissimulé et imprévisible dans les souterrains de ses ramifications.

En outre, la libération de 200 djihadistes, en échange de la libération d’otages, dont la Française Sophie Pétronin, lui confère à présent des renforts extérieurs qui ne sauraient demeurer inactifs, sûrement animés par un nouvel esprit de vengeance !

À propos de celle-ci, en réalité Mariam, « hôte » de combattants qui l’ont très bien traitée selon ses dires, un silence brutal et gêné est tombé, après son accueil présidentiel à Villacoublay… Est-elle repartie dans son désormais pays dont elle a dit « Pour le Mali, je vais prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d’Allah, parce que je suis musulmane » ? On peut la créditer d’avoir adopté les us et coutumes de son pays de résidence, ce que l’on aurait souhaité pour tous les accueillis en France.

L’OPEX Barkhane va-t-elle se poursuivre qui permettra, en particulier, à cette bienfaitrice de reprendre ses actions humanitaires auprès de ses « compatriotes » maliens ?

Attendons les grandes décisions prochaines promises par le gouvernement…

22 octobre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.