Fébrilité ou débilité ; tels sont les deux noms communs qui viennent à l’esprit à l’écoute des dernières déclarations du meilleur d’entre nous, Alain Juppé.

En marge d’un déplacement pour la campagne des régionales, notre Duc de Bordeaux, sage parmi les sages cumulards de prébendes, souligne "qu’il faut réfléchir avant de voter, il ne faut pas se laisser emporter par la colère ou le mécontentement". Vous avez bien entendu, pauvres électeurs basiques, notre droit dans ses bottes demande du sang froid devant l’urne. Vous comprenez, il n’est pas concevable de voter contre l’establishment, celui-là même responsable de l’éclatante situation de notre beau pays meurtri par le islamiste, étouffé par le chômage, assommé par la dépense publique et saigné par l’assistanat.  
 
Adepte de la méthode Coué, il entrevoit un éclair de lucidité se profiler ajoutant "qu'un nombre important d'électeurs tentés par le FN au dernier moment se rendront compte des conséquences du choix qu'ils font". Ouf, certains cerveaux malades auront réfléchi, sous le double effet de la propagande médiatique et culturelle, et glisseront un bulletin dans le bon sens pour éviter que des régions ne soient dirigées par d’autres représentants que celle de la République des copains.
 
Il y a trois ans, nous aurions aimé que notre très vertueux ex condamné dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, suggérât à son grand ami François Bayrou de réfléchir avant de faire élire Normal 1er, nous évitant trois ans d’escapade en scooter, de « pas d’amalgame » et de courbe qui va s’inverser.
 
Notre moraliste girondin, sûr de son fait, conclut par un cinglant "je ne suis pas sûr que si le FN remporte deux régions ce soit la démonstration qu'on a intérêt à hausser le ton de plus en plus, il faut peut-être réfléchir, au contraire". Patatras, la montée inexorable du FN est l’expression d’une volonté de plus de « Centre », c’est évident, ingrats que vous êtes.   
 
Il serait souhaitable que nos zélites qui se sont essayées au pouvoir pendant de longues années avec les échecs que l’on connait, fassent leur autocritique plutôt que de mépriser l’électeur. C’est une insulte à l’intelligence surtout émanant de ce brillant esprit qu’est le maire de Bordeaux. Les valeurs de la sont la détestation de la tandis que les valeurs de la droite contemporaine sont de courir après la gauche. Alors oui, Monsieur Juppé, nous allons réfléchir avant de voter.

75 vues

2 décembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.