Accueil Editoriaux L’Église face au Front national
Editoriaux - Médias - Table - 29 août 2015

L’Église face au Front national

La présence de Marion Maréchal-Le Pen à une université d’été catholique doit-elle vraiment faire polémique ? On est en droit de se poser la question lorsque l’on découvre, consterné, que quelques prélats (comme Mgr Ribadeau-Dumas) et différents médias regrettent son invitation à l’université d’été de la Sainte-Baume.

Quel est cet Évangile, brandi par certains catholiques, qui rend fréquentable les élus PS promouvant pourtant avortement, mariage homosexuel, divorce, euthanasie, destruction de la famille… mais non certains élus FN, pourtant pratiquants et défenseurs de la famille et des chrétiens d’Orient ? Quelles sont ces idées du Front national qui ne seraient “pas compatibles avec l’Évangile” ?

L’interview de Mgr Ribadeau-Dumas (et les différentes réactions de chrétiens outrés) ne prend pas la peine de détailler ces “idées” incompatibles. Il est clair, cependant, que ce sont les positions sur l’immigration et l’islam qui sont ici rejetées.

La chrétienté a, par le passé, mis l’islam hors d’Europe plusieurs fois. À l’époque, les évêques n’y avaient alors rien trouvé à redire ! Au-delà de ce rappel historique, il est regrettable de voir qu’une partie du clergé français persiste à ne pas écouter l’inquiétude légitime des Français face à l’immigration, à l’islam et aux problèmes très concrets qu’ils rencontrent dans leurs quartiers. Prônant perpétuellement une ouverture à l’« autre », ils semblent en oublier le sens de Dieu et renoncer à évangéliser et convertir ces migrants qu’ils appellent pourtant de leurs vœux ; renonçant à poursuivre le but premier de l’Église : sauver les âmes.

Le FN n’est certes pas une application parfaite de la doctrine sociale de l’Église, mais les autres partis ne le sont certainement pas non plus. Pourquoi, alors, cette critique perpétuelle du FN par la Conférence des évêques de France n’a-t-elle d’égal que son silence sur le programme des autres partis ? Ce refus du dialogue (qu’ils prônent pourtant à tour de bras quand il s’agit de l’islam) et ce rejet de l’« autre » (inacceptable quand l’« autre » est un clandestin, autorisé quand l’« autre » est un élu FN) sont-ils bien cohérents ?

Un catholique votant LR devrait se réjouir de voir Marion Maréchal-Le Pen invitée à l’université d’été de la Sainte Baume plutôt que NKM ; un catholique votant FN devrait se réjouir d’y voir Valérie Boyer invitée plutôt que Philippot. Cet esprit de parti (quel que soit le parti concerné, d’ailleurs) est une stupidité. Nier la valeur (et, qui plus est, la valeur chrétienne) de certains élus parce qu’ils sont dans tel ou tel parti est une erreur énorme pour un chrétien.

On ne peut que saluer l’intelligence de Mgr Rey et du père Louis-Marie Guitton, à l’origine de cette université d’été, qui, dépassant les vaines querelles de partis, ont choisi plutôt la recherche de la vérité, de l’unité et du dialogue que les anathèmes, la discorde et l’exclusion.

À lire aussi

Reims : un laboratoire de la charia ?

Une jeune femme agressée et tabassée dans un parc parce qu'elle bronzait en maillot de bai…