Après l’élection de ce diable de , quelle a été la réaction de l’ aux États-Unis ? Il n’est pas inutile de se poser la question pour un pays où les catholiques représentent, grosso modo, un quart de la population (environ 70 millions d’Américains), soit la communauté religieuse la plus importante, si l’on considère que les protestants sont éparpillés en une multiplicité d’Églises. Pas inutile, non plus, de se poser la question, pour nous Français, lorsqu’on se souvient de la procession propitiatoire de nosseigneurs les évêques en avril 2002…

Cette réaction de l’Église catholique américaine s’est exprimée, le 10 novembre, à travers la déclaration de Son Excellence Monseigneur Joseph Edward Kurtz, archevêque de Louisville (Kentucky), président de la Conférence des évêques des États-Unis d’Amérique. Une conférence qui rassemble près de 200 juridictions (archidiocèses, diocèses, de rites latin et oriental). Un évêque salué, lors de son élection en 2013, par le journal La Croix pour son ouverture et sa « fibre sociale » : une référence, donc…

Que dit le prélat, passées les félicitations d’usage ? Extraits.

Hier, des millions d’Américains qui luttent pour trouver des chances de faire vivre leurs familles ont voté pour être entendus. Notre réponse sera simple : Nous entendons. La responsabilité d’aider et de soutenir la appartient à chacun de nous.

Le président de la Conférence des évêques catholiques américains semble aussi avoir entendu le discours « pro-life » de Trump (il est vrai très « punchy » en début de campagne, plus « soft » vers la fin) :

La Conférence des évêques souhaite vivement travailler avec le président Trump pour protéger la vie humaine de la naissance – souvent vulnérable – à la mort naturelle.

No comment

Concernant la question des , Mgr. Kurtz prend une position qui ne jette pas aux orties la vertu de prudence, si chère à saint Thomas d’Aquin :

Nous tenons fortement à ce que nos frères et sœurs migrants ou réfugiés soient humainement accueillis sans pour autant compromettre notre sécurité.

Enfin, Trump s’étant engagé durant sa campagne à défendre le mariage traditionnel, l’archevêque de Louisville semble lui répondre « Chiche ! »

Nous serons attentifs à l’engagement de la nouvelle administration pour la liberté religieuse de notre pays, assurant les croyants de rester libres de proclamer la vérité humaine – homme/femme – et l’unique lien du mariage entre eux.

On me dira que le presbytérien Trump, avec ses trois mariages au compteur, n’a rien d’une chaisière de Saint-Sulpice. Les nouveaux clercs de l’Église médiatique nous l’ont d’ailleurs assez dit et répété durant la campagne ! Mais, petite remarque au passage : à bien y réfléchir, vaut-il mieux confier le destin des peuples à des grenouilles de bénitier de la trempe d’un Jacques Delors et consorts, dont l’angélisme nous a conduits là où nous savons, ou bien à des condottieres, certes un peu rustres, comme Donald Trump ? La question reste ouverte…

Les catholiques américains, en tout cas, ont choisi majoritairement le condottiere. Selon La Croix du 9 novembre, ils auraient voté à 52 % pour Donald Trump, contre 45 % pour , pourtant grande prêtresse américaine de la du vivre ensemble. Un résultat qui contredit le pronostic du journaliste Henri Tincq, spécialiste des questions religieuses, comme chacun sait, qui écrivait dans Slate (édition du 5 novembre) : “Hillary Clinton va donc bénéficier du réflexe anti-Trump puissant dans un électorat catholique qui n’a pas oublié les critiques que le candidat républicain avait adressées au pape François lors de sa visite aux États-Unis en 2015…” Effectivement.

13 novembre 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Une recette de pieds de cochon au deuxième jour, là, franchement…

RTL ferait bien de se mettre au goût du jour. …