Quelle est bonne, l'odeur de roussi, quand l'arsenal de torréfaction des cerveaux de la wokosphère médiatique commence à se consumer sous nos yeux ! Ça sent le roussi, le remugle aussi chez les zélateurs de la propagande progressiste, et bon Dieu que ça sent bon ! Elon Musk qui se paie Twitter, CNN+ qui implose littéralement, Disney en crise existentielle, Netflix qui s'écrase. Les temps sont durs, pour les woke.

La mainmise de la première fortune mondiale sur le réseau Twitter a déjà été développée en ces colonnes. Aux larmes de bonheur des libérés du bagne de la pensée unique se mélangent les larmes de gauchiste, depuis que « la plate-forme infernale atteint sa forme finale de haine, de sectarisme et de misogynie totalement anarchiques ». L'actrice et présentatrice de télévision et de radio britannique Jameela Jamil dixit et possible pénurie de Kleenex™ en vue.

CNN+ devait être le lancement médiatique le plus important depuis l'avènement de CNN. Un avatar en streaming de la chaîne d'évangélisation du progrès sociétal qui, malgré des audiences en berne, est toujours en première ligne sur le front de la défense des « minorités opprimées ». Le projet, gras du milliard de dollars investi par la maison mère, a été avorté, quelques semaines seulement après son démarrage. Abonnés absents, de plus en plus réticents à verser la dîme pour accéder au ministère de la Vérité, à ses théories de la race critique, de l'immigrationnisme, de la défense du pronom neutre… Chez nous, on a France Inter et France Télévisions, et c'est sans abonnement. Ah, on me susurre à l'oreillette qu'en République, l'abonnement est à la fois gratuit et obligatoire : ça s'appelle une redevance, ou des impôts, c'est selon.

Autre bonne nouvelle : l'effondrement de Netflix, « virus cérébral du wokisme », selon Elon Musk : perte de 50 milliards de dollars de capitalisation boursière et hémorragie d'abonnés pour la première fois en dix ans. La chaîne d'ingénierie sociale impute ce désastre à l'augmentation de la concurrence, la levée des restrictions suite à la pandémie, le partage des mots de passe mais surtout à la guerre en Ukraine et à la suspension des abonnements russes. Netflix est une victime de la guerre, dont on ne pleurera pas le sort. À l'instar de Perrette, le wokisme tombe : adieu fluidité de genre, adieu hommes enceints, féminisme pathologique et racisme systémique.

Enfin, cerise sur le gâteau, Disney, qui s'oppose publiquement à l'adoption, par la Floride, du projet de loi « Parental Rights in Education » restreignant « l'enseignement par le personnel scolaire ou des tiers sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre de la maternelle à la fin du primaire, ou d'une manière qui n'est pas adaptée à l'âge ou au développement des élèves conformément aux normes de l'État ». En résumé, pas de propagande LGBT+ pour les enfants. Cette loi dénommée « Don't Say Gay » par les zélotes du progressisme aurait provoqué un retour de manivelle sur les réseaux sociaux. Même si ces chiffres ne sont pas confirmés, selon le site Web américain Decider, l'expression #BoycottDisney pourrait avoir suscité jusqu'à un demi-million de désabonnements à la plate-forme Disney+. Il y a pire : Disney fait face à la menace du gouverneur de Floride, Ron DeSantis – dont on entendra certainement parler lors des prochaines élections –, de retirer certains privilèges fiscaux à la multinationale du divertissement woke et une perte d'autonomie de gestion au sein de ses propriétés. Paraphrasant notre fraîchement réélu, DeSantis, le conservateur dur à cuire, veut « emmerder » Disney.

« Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », dit-on. » Il ne tient qu'au consommateur de faire échec aux despotes du progressisme dont la notion d'impartialité et la définition de la neutralité sont en total décalage avec le réel.

6675 vues

1 mai 2022

Partager

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous gratuitement ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

26 commentaires

  1. Depuis 3 ans, je répète que le wokisme est plus nocif et dangereux que l’islamisme pour la société occidentale. Il affaiblit l’organisme de la société et fait baisser son immunité aux invasions d’autres cultures. Comme pour les épidémies où il est préférable de renforcer son immunité personnelle plutôt que de vouloir « éradiquer » les prédateurs (virus, microbes, amibes, insectes,…..).
    Tant mieux si les gens finissent par s’en rendre compte !

Les commentaires sont fermés.