Le vaccin AstraZeneca a été suspendu dans onze pays : le Danemark, l’Islande, la Norvège, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, l’, la Bulgarie, le Luxembourg, l’ et l’ du Sud. Des décès par thrombose ont été constatés chez des personnes qui avaient été vaccinées.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a reçu sa première dose du vaccin AstraZeneca le 8 février 2021 devant les caméras. À cette occasion, il a expliqué que 270.000 doses avaient été livrées dans 100 établissements en et que 300.000 doses supplémentaires allaient arriver. Il a même déclaré : « Une bonne nouvelle qui nous permet de protéger ceux qui soignent. »

Pourtant, les soignants dans les hôpitaux expriment des réticences pour se faire vacciner avec AstraZeneca car ils sont informés des risques relevés dans d’autres pays. Certains soignants refusent la vaccination et seulement un soignant sur trois serait vacciné. Certains proposent de rendre obligatoire la vaccination du personnel soignant pour mettre fin à ces réticences.

C’est la Commission européenne qui a négocié les contrats au nom des 27 États membres. Elle prévoit une montée en puissance des livraisons au deuxième trimestre. La Commission européenne vise 70 % d’Européens vaccinés d’ici à la fin de l’été. La Commission est curieusement muette concernant les suspensions décidées dans les onze États. Le principe de précaution ne semble pas à l’ordre du jour pour protéger les Français. Olivier Véran s’est exprimé au cours d’un point-presse sur les craintes liées à l’AstraZeneca : s’appuyant sur les avis des agences nationales et européennes des médicaments, il a estimé que rien ne s’opposait à la poursuite de l’inoculation des doses.

Au début, la communication gouvernementale consistait à nier le danger de la pandémie. On expliquait que les masques étaient inutiles. Il était également superflu de fermer les car le virus n’avait pas de passeport. Ensuite, la communication a changé : le port du masque et les gestes barrières sont obligatoires. Un est décidé. La propagande gouvernementale fait croire à une agression guerrière par le Covid-19. On annonce tous les soirs le nombre de morts. Le Président organise des Conseils de . L’objectif est de créer une derrière le chef de guerre chargé de défendre la France attaquée par un ennemi.

À présent, le pouvoir mise sur le vaccin pour terrasser l’envahisseur viral. Emmanuel espère gagner la présidentielle en se présentant comme le grand vainqueur de la guerre contre le Covid-19. Mais la malchance pourrait contrarier ce projet !

14 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

L’année 2020 : le début de la fin pour la Macronie ?

L’année 2020 a été éprouvante, pour les Français. La gestion de la pandémie a été l’…