Lors d’un discours aussi peu médiatisé que rudement proclamé il y a déjà quelques semaines devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, le député du Gard et secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, Gilbert Collard, s’est prononcé pour l’interdiction de tout signe religieux dans l’espace public : « Il faut interdire toute forme de manifestation religieuse […] peu importe la religion », a-t-il déclaré. Et de poursuivre, en prenant les exemples des « cornettes » (coiffe de tissu blanc portée par les religieuses chrétiennes), des « voiles » et des « croix » : « Il faut pacifier ce pays, et le seul moyen, c’est qu’on dise aux cornettes de ne plus apparaître, au voile de ne plus se montrer, aux croix de ne plus s’exhiber, de façon que l’on puisse vivre dans un pays pacifié. »

Maître Collard est-il tombé sur la tête ? On ne sait ! En tout cas, le jeudi 6 juin 2013, il récidive au cours d’un débat à l’Assemblée en prêchant pour une laïcité plus radicale. Il parle de la fameuse « neutralité religieuse » qui, selon lui, doit s’exercer dans les « lieux publics et les lieux privés ». Est-ce un gag ? Non, il s’agit certainement d’un écart de langage car, sinon, cela reviendrait à proscrire la pratique de la religion en dehors des lieux de culte. Une nouvelle charia laïque !

Au-delà de la dernière anecdote, comment se fait-il que cite les « cornettes », les « voiles » et les « croix », sans mentionner les « kippas » ? Il est vrai qu’il s’était déjà distingué de Marine Le Pen, en septembre 2012, lorsque la présidente du Front national avait déclaré vouloir interdire « voile » et « kippa » dans la rue : « La kippa ne pose pas de problème ! », s’était-il exclamé. « Elle n’a pas la même visibilité ostentatoire que le voile. » Simple question alors à Maître Collard : une croix est-elle plus « ostentatoire » qu’une kippa ?

Maître Collard affirme qu’il votera la prochaine loi sur la laïcité proposée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. En fait, son laïcisme de combat ne fait que radicaliser le laïcisme cool de nos élites politico-médiatiques. Le qui recevait au des parlementaires membres du groupe Amitié France-Saint-Siège, le samedi 15 juin 2013, rappelait la position nette et mesurée de l’Église catholique qui se pose alors comme l’alternative au nouveau totalitarisme laïcard dont se veut l’étendard : « Le principe de laïcité qui gouverne les relations entre l’État français et les différentes confessions religieuses ne doit pas signifier en soi une hostilité à la réalité religieuse, ou une exclusion des religions du champ et des débats qui l’animent. »

10 juillet 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.