Editoriaux - Médias - Politique - Société - Table - 10 juillet 2016

Le successeur de George Soros ? Mark Zuckerberg !

George Soros, dont tous les éclairés connaissent les activités destinées à organiser le NOM (Nouvel ordre mondial), aurait-il trouvé son « digne » successeur en la personne du juvénile patron de Facebook, Mark Zuckerberg ?

Antonio Garcia Martinez, qui fut directeur produit de 2011 à 2013, vient de faire des révélations inquiétantes sur le géant des réseaux sociaux, Facebook. Il semblerait que l’entreprise fonctionne comme un culte et concentrerait un tel pouvoir qu’elle pourrait décider des élections présidentielles 2016.

L’empire de Mark Zuckerberg, selon Martinez, serait dirigé par des sociopathes qui feraient ressembler George Soros au Mahatma Gandhi. Martinez, qui s’est confié au Telegraph britannique, raconte que l’environnement de Facebook ressemble plus à une scène mafieuse illustrée par des actions violentes, et que les dirigeants de Facebook se comporteraient plus comme des gangsters que comme des « gosses » surdoués de la Silicon Valley. “Tout le monde a paniqué, lorsqu’ils ont découvert que j’écrivais ce livre : Chaos Monkeys: Inside the Silicon Valley Money Machine, Ebury Press”, raconte Martinez à la journaliste du Telegraph, Alix O’Neill. “En raison des récents scandales de censure des conservateurs, les dirigeants de Facebook “plaisantaient” constamment sur le fait qu’ils pourraient influencer considérablement les élections et la politique en général. À la fin de la journée, personne ne contestait la vision de “Zuck”. Une des plaisanteries que nous lancions est que Facebook pourrait mettre en œuvre une élection en manipulant par des rappels d’aller voter dans certains districts et non dans d’autres. Le niveau de contrôle que peut avoir cette société est vraiment effrayant », estime Martinez.

Déjà en 2014, The Guardian révélait que Facebook avait cherché à savoir s’il pouvait manipuler les émotions des utilisateurs en modifiant le contenu de leur page. Et cela a fonctionné. Ce qui laisse supposer que les « plaisanteries » sont à prendre très au sérieux. Nous avons pu observer les « négociations » entre Merkel et Zuckerberg sur les sujets touchants à l’immigration qui ont mené à la censure sur les utilisateurs allemands de Facebook qui critiquent la politique immigrationniste de Merkel.

Compte tenu des tendances de Facebook à interdire des contenus conservateurs, à quoi on peut ajouter que Zuckerberg entretient des relations de proximité avec Barack Obama, il est peu probable que le géant des médias sociaux pousse à voter pour Trump le jour du scrutin.

George Soros a trouvé son successeur en pire. C’est un innovateur, un scientifique, qui a fait fortune avec sa science, contrairement à Soros, qui n’est qu’un spéculateur. Zuckerberg saura mettre Facebook au service du NOM. Si ce n’est déjà fait, c’est du moins pensé, comme le révèle cet ancien de Facebook. L’arme est redoutable. Il faudrait, désormais, pouvoir se passer de Facebook, qui fait désormais si intimement partie de nos vies, pour se rabattre sur Twitter. Mais pour combien de temps, encore ?

Erik Tegnér : « Marche contre l’islamophobie : derrière cette manifestation clairement islamiste, les prémices d’un mouvement politique extrêmement organisé ! »

Expulsion de djihadistes vers la France : la Turquie menace, le gouvernement tergiverse

Destitution d’Evo Morales en Bolivie : les Américains reprennent la main… et les gisements de lithium au passage ?

« Marche contre l’islamophobie » : l’ultime conséquence de « la marche des beurs »

Jean Messiha : “Ce sondage confirme le changement qui s’opère partout dans le monde : le retour des identités et des frontières !”

Livre : Le pouvoir politique et l’islam , de Jean-Pierre Bedou

Alexandre del Valle : « Expulsion des djihadistes par la Turquie : la France est obligée de négocier avec des forces qui ne sont pas légitimes ! »

Le voile islamique de la princesse Victoria de Suède : à bien y réfléchir…

Mémoire des poilus bafouée sur France 2 : quand le héros devient bourreau

Étudiant immolé : comment avons-nous fabriqué ces générations de désespérés ?

Benjamin Cauchy : « Les gilets jaunes ne soutiennent pas cette marche de la honte ! »

Royaume-Uni : Boris Johnson et Nigel Farage ont fait l’union des droites au nom du Brexit !

À lire aussi

« Erdoğan est un héros de la démocratie »

C’est une pancarte brandie durant l’imposante manifestation conquérante pro-Erdoğan à Colo…