Après l’exécution d’un pilote jordanien, la Jordanie a ordonné des frappes très violentes contre l’État islamique en Syrie. Après la décapitation de 21 chrétiens égyptiens par l’État islamique, l’Égypte a bombardé des positions terroristes en Libye.

Ces actions de guerre impulsives ont été ordonnées sans aucune consultation avec leurs partenaires de la Ligue arabe. Et pour cause…

Immédiatement, le Qatar n’a pas manqué de critiquer violemment ces opérations militaires aériennes unilatérales et s’est vu accuser par l’Égypte de soutenir le terrorisme et l’État islamique. Doha a donc immédiatement rappelé son ambassadeur au Caire.

Aujourd’hui, 90 chrétiens viennent d’être enlevés en Syrie par l’État islamique. Seront-ils décapités à leur tour ? Et, si hélas c’est le cas, les armes qui serviront à les tuer auront-elles été payées par le Qatar ou l’Arabie saoudite ? Les deux États se sentiront-ils responsables ou feront-ils semblant de s’en laver les mains ?

Les cinq autres monarchies du Golfe composant cette Ligue arabe – Émirats arabes unis, Arabie saoudite, Koweït, Oman et Bahreïn -, après avoir longtemps hésité, paraissent se ranger aux côtés de l’Égypte. Mais paraissent seulement ! Car à présent, c’est au tour du Pakistan d’accuser directement l’ de « nourrir l’instabilité dans tout le monde musulman ». Les autorités pakistanaises auraient des preuves concrètes que Riyad finance largement un vaste réseau d’écoles coraniques et de mosquées accusées de fabriquer des terroristes à la chaîne. (En existe-t-il en France, financées par le Qatar ou l’Arabie saoudite ?)

À Islamabad, on considère également que les autres pays de cette Ligue arabe sont impliqués dans ce financement du terrorisme international. Il est vrai que le Pakistan sait de quoi il parle et il n’est pas le mieux placé alors qu’il a participé directement à la formation de ces barbares que sont devenus les talibans.

Le Qatar et l’ se trouvent donc implicitement accusés d’aider financièrement le terrorisme international et l’État islamique. Or, paraît-il, nous sommes en guerre contre ce terrorisme, contre l’État islamique : Hollande l’a dit et Valls l’a répété. Nous les frappons quotidiennement avec nos Rafale, et le fleuron de notre marine de guerre, le porte-avions Charles-de-Gaulle, vient d’intervenir contre les terroristes irakiens !

Cela n’est-il pas incompatible avec les intérêts financiers qu’acceptent de ces deux monarchies l’Europe en général, et la France en particulier ? Nous ouvrons nos bras aux investissements de ces pays qui financent les terroristes qui nous assassinent (hôtellerie, immobilier, etc., et même la vitrine de notre football, le PSG) !

Qu’en pense Jean-Christophe Lagarde, nouveau président de l’UDI et vice-président du groupe d’amitié France-Qatar, qui défendait avec fougue ce pays il y a quelques mois encore à la télévision française ?

25 février 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.