Comme beaucoup de mères de qui travaillent, j’emploie – il faudra bientôt dire j’employais – une dame (désolée pour la …) pour m’aider à faire le ménage. Trois heures par semaine, le temps de me donner un sacré coup de main dans la maison. Des heures payées par ce système si commode des chèques emploi service.

Jusqu’ici, pour 12 heures par mois, à raison de 12 euros de l’heure, cela me coûtait donc 144 euros + 79,11 euros (soyons précis) de charges sociales. Je viens, alors que je m’apprêtais à déclarer les sommes dues pour le mois de janvier, de découvrir que les charges s’élèvent dorénavant, pour le même salaire de base, à 119,51 euros exactement. Soit une augmentation d’un peu plus de 50 % !

Conséquence ? Je pense que je vais devoir me passer des services de Madame M. Voilà une bonne affaire pour elle et, plus généralement, pour l’emploi. Je ne suis pas sûre que Madame M. votera socialiste aux prochaines . Et des Madame M., il va y en avoir ! Certes, rien de spectaculaire. Pas de grande de la en perspective. Ni de gros titres dans les journaux. Aucune altercation à l’Assemblée. ne va pas se déguiser en femme de ménage, plumeau – français, bien sûr – en main. Quelques protestations, rien de plus.

J’ai parfois du mal à comprendre la logique de nos gouvernants. À moins qu’on ne m’explique que j’exploite Madame M. À moins qu’on ne veuille me pousser vers ce travail au noir pourtant vilipendé. À moins qu’on n’estime – du côté de la rue Solférino comme à Matignon – qu’en employant une personne à domicile, je fasse partie de ces « riches » qu’il s’agit de taxer, j’allais presque dire, d’essorer.

On avait déjà supprimé virtuellement les femmes de ménage et autres « bonnes » comme disaient certains à une autre époque. On les a remplacées par des « techniciennes de surface ». Les socialistes vont réussir à faire encore plus fort : ils vont les supprimer purement et simplement.

Vous me direz qu’on ne compte que 2 849 800 chômeurs indemnisés en – chiffre officiel… Madame M. risque d’aller grossir ce nombre. Merci pour elle. Pour moi, ce sera juste un peu de travail en plus.

5 février 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.