Mardi 17 mai, le pape donnait dans La Croix une interview dans laquelle, avec sa clarté et franchise habituelle, il semblait hésiter à ne pas vouloir approuver qu’on considère l’ comme ayant des racines chrétiennes. Il s’est même risqué à comparer une telle démarche au colonialisme, ce qui, du reste, et sauf tout le respect que je lui dois, n’a strictement pas de sens. Mais il a, en revanche, raison sur un point : l’Europe n’a pas de racines chrétiennes. 

Ce ne sont pas les racines de l’Europe qui sont chrétiennes, c’est l’Europe tout court. 

Ou plutôt, puisqu’il s’agit de métaphores végétales, si l’Europe était un arbre, le serait la terre à laquelle il s’agrippe, l’eau qu’il aspire, l’air qu’il inspire, le soleil qui l’échauffe et la sève tout ensemble. Sans la foi chrétienne, cet arbre que admire encore tant il a porté de fruits inouïs de , de science, de puissance et de sagesse, ne serait qu’un bout de bois plus sec et vide qu’un crâne. 

Car toute référence à une Europe d’avant la ou sans elle pour l’avenir est un baratinage complet. Beaucoup tentèrent et tentent encore de liquider cet héritage qui colle à la peau. Les uns en convoquant l’Antiquité : « nos ancêtres les Gaulois ou Vikings ou Hyperboréens » et j’en passe. Les autres, après la guerre surtout, en convoquant l’espace intersidéral : « humanisme et valeurs universelles ». Or, pas plus d’Européens sous Octave Auguste que de beurre au balcon. On connaissait, à l’époque, les Égyptiens et Carthaginois bien mieux que les sauvages locataires de la Forêt-Noire. Rien de commun entre le citoyen romain, le Picte, l’Ostrogoth et le Viking avant ce sacré Charlemagne, et c’est lui seul, devant le tabernacle, qui a marié tout ce petit monde. De même, les « valeurs universelles » de la et du Grand Orient ne sont que la version démembrée, titrisée et négociée des vertus chrétiennes.

Le pape a donc raison en cela que rien de sert d’invoquer les racines chrétiennes de l’Europe, il s’agit de la replanter dans la terre saine où elle a germé. Ce petit cap de l’ redeviendra alors le phare du monde.

22 mai 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Un cardinal ghanéen appelle à “fermer le robinet” de l’immigration africaine

Au fil du temps, éclot, en ces terres oubliées et blessées d’Afrique, une pensée mesurée, …