La justice internationale vient de se déshonorer. Alors qu’il s’apprête à fermer ses portes, le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a acquitté Ante Gotovina et Mladen Markac, deux généraux croates accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Ils avaient été condamnés, en première instance, à vingt-quatre ans de . La cour d’appel ne nie pas que des crimes aient eu lieu. Elle argue seulement que les bombardements « éloignés de plus de 200 mètres de l’objectif militaire ne sont pas indiscriminés, donc illégaux. » Les 200 000 civils serbes qui ont été amenés à fuir les troupes de Zagreb apprécieront…

Deux des cinq juges – fait rarissime – se sont élevés contre cette décision. L’un d’eux parle même d’un jugement qui « contredit tout sens de justice ». Résultat : depuis sa création, en 1993, le TPIY n’aura condamné personne pour le nettoyage ethnique dont furent pourtant victimes des centaines de milliers de Serbes. En , en comme au . Ramush Haradinaj, l’ex-Premier ministre kosovar et ex-commandant de l’ de libération du Kosovo ne vient-il pas, lui aussi, d’être acquitté par le même tribunal ! Il faut dire que les témoins ont fait défection tant ils étaient soumis à des intimidations… Ici encore, les dizaines de milliers de Serbes contraints de quitter le Kosovo passeront par pertes et profits.

Ceux qui croyaient à la justice internationale doivent aujourd’hui porter le deuil. Nous aurons assisté à une vaste comédie. Nous aurons vu à l’œuvre une justice hémiplégique. Haro sur les Serbes ! Sus aux vaincus ! Et surtout, qu’on n’aille pas demander des comptes à ces bons Kosovars, à ces humanistes de Croates, à ces merveilleux Bosniaques. A croire nos juges de La Haye, il n’y a eu de canailles, de bourreaux, de salauds que dans un camp ! Qui peut les croire ?

Et cette mascarade a un prix ! En près de vingt ans, le TPIY a coûté la bagatelle de deux milliards d’euros.

17 décembre 2012

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.