Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
Le Juppé, le Fillon en sont un témoignage.
Gageons, dit le premier, que vous n'atteindrez point
Sitôt que moi ce but. - Sitôt ? Êtes-vous sage ?
Répartit l’enfant de Mayenne.
Se peut-il que l’idée vous vienne
D’un jour finir dans le décor ?
- Sage ou non, je parie encore.

Ainsi fut fait : et de tous deux
On mit tout près du but l’enjeu :
Cinq ans dans un château de rêve
Et, à leurs pieds,
Assurer dignement la relève.

– J’irai, ma foi, à cloche-pied
Tant l’objet me paraît facile ;
Guerroyer contre un imbécile
N’est pas pour me déplaire, songeait le Bordelais
Qui, déjà, goulûment, s’installait au Palais.

Pendant ce temps-là, le Fillon
Allait son train de sénateur
De village en cité, de terroir en région
Il se hâtait avec lenteur,
Semant et resemant ses idées subversives
La faconde brillante et jamais agressive.

Juppé trop occupé à savourer victoire
Ne vit pas l’avorton grimper dans les sondages.
Jamais il ne pensa que cette trajectoire
Pourrait, un jour, percer son blindage.
Alors, il papillonne et sourit à la lune
Sans le moindre regard aux gazettes, aux tribunes,
Qui lui crient « Méfie-toi ! Le François caracole »

Et Juppé, désertant les préaux des écoles,
Soliloque. Pendant ce temps, Fillon
Engrange abondamment, les votes par millions.
Le temps galope. Il se fait tard. Pendant qu’Alain
Rêve encore tout haut à l’Élysée câlin,
François désarçonnant l’ heureuse
D’une poigne vigoureuse,
Aux lèvres le sourire d’un patelin bedeau
Renvoie dans ses foyers le maire de Bordeaux.

- Ah ! Mais ! L’horrible injure !
Peste tout haut Juppé, le meilleur d’entre nous,
Qui n’a plus d’horizon que la triste embouchure
D’une Garonne triste. Funeste rendez-vous
Que lui rappelle, hilare, un opposant local.

Son sang ne fait qu’un tour. Vexé et furibard,
Il hèle le manant d’un ton pontifical
Et, surplombant le jobard,
Lui lâche au front la vacherie :
« Ce que vous dites là n’est que saloperie »
Et avant qu’alentour les clameurs s’éteignent
Le chauve regagna le siège de Montaigne.

Avec l’aimable complicité de Jean de La Fontaine.

3425 vues

17 décembre 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.