Quelques candidats du consensus gauche/droite ont l’air de s’imaginer qu’ils vont convaincre les électeurs indécis avec la formule « front républicain ». C’est amusant. La mode est à la République. Cette année, elle se porte ras du front dans un léger dégradé de bleu que le candidat accompagne négligemment d’une veste électorale. Le look est là.

République… Consultons notre ami Wikipédia. Bla-bla-bla… « une république n’est pas nécessairement une démocratie (cas des régimes à parti unique ou ayant élu un dictateur) ». Eh bien, voilà qui est rassurant.

Si nous avons tout bien suivi, la République n’est donc qu’une boîte vide à l’intérieur de laquelle peut survenir le pire comme le meilleur. Faute de contenu à proposer, le candidat nouveau, très à la mode, axe donc toute sa campagne sur la boîte… Si jolie et avec de beaux rubans. Pour l’électeur moyen, le mystère quant à ce qui se trouve à l’intérieur reste entier. Le « Front de la boîte » réserve la surprise pour après. Comme à . L’électeur un peu réveillé s’est bien aperçu qu’il n’y avait rien dedans, ou alors du saumâtre. De l’avarié pas regardable. Les autres espèrent. Peut-être que cette fois-ci…

La gauche/droite vieille école n’a pas osé l’appellation « front démocratique ». Trop osé. Boîte trop transparente. Recalée. Et puis des théâtreux qui menacent de fuir une ville si le résultat des urnes ne leur convient pas, ça vous a comme un air qui convient mieux au flou artistique du « front républicain ». On garde cette boîte-là.

Le néant affiché des candidats du fameux « front républicain » fait peine à voir. « Nous n’avons rien à dire ou à proposer, pas d’idéal, et encore moins l’ombre d’une idée » eût été un peu long mais plus explicite. Il se serait trouvé de nombreux électeurs pour adorer ce message. Enfin des candidats honnêtes, des mous, des vrais, des neutres sans odeur et sans saveur qui n’ont pas honte. Gloire à eux ! Vote massif et remontée triomphale des Champs-Élysées dans une voiture poussée par des militants LGBT asexués. Buzz international.

Plutôt que revendiquer clairement leur position d’autosatisfaits béats dépourvus du moindre message, les voilà choisissant une accroche vaseuse qui, de la caissière au cerveau bac+15, n’évoque rien. « Le Front de l’air est frais », en quelque sorte… Une manière de faire la conversation avec le premier thème qui passe. La République ? Pourquoi pas… « L’été sera chaud » eût fait l’affaire également. « Nous voulons garder notre boulot » aussi. « Tous unis contre ceux qui veulent nous battre »… Un peu d’imagination, que diable ! Là, on s’ennuie.

À lire aussi

Coincée deux heures dans un ascenseur pour cause de journée sans voiture

« T'as une voiture, tu rentres pas. » …