“Les jeunes Français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats.” Voici les propos tenus par notre Premier ministre devant des élèves du lycée agricole de Bougainville à Brie-Comte-Robert, le vendredi 23 janvier 2015 selon Le Figaro. Ouvrons un dictionnaire : “s’habituer à : prendre l’habitude de” et “habitude : 1) usage d’une collectivité, d’un lieu – 2) le fait d’être constamment en contact, en relation, d’éprouver constamment, par lequel se crée la familiarité. Accoutumance.” L’actuel chef du gouvernement avoue donc devant nos enfants que les attentats terroristes doivent être considérés comme des « incidents familiers », au même titre que lorsque nous devons nous “habituer à” travailler avec un collègue colérique, par exemple.

Mais il y a pire : quel message envoie-t-il aux terroristes ? Notre Premier ministre nous a prévenus des risques, les terroristes peuvent donc continuer à agir puisque le devoir des citoyens français est désormais de « s’habituer à » ces crimes. Sous prétexte qu’il y aura toujours des assassins, faut-il pour autant « s’habituer à » ce que le peuple se fasse assassiner ? Le devoir légitime de notre Premier ministre n’est-il pas de faire en sorte que ces attaques ne se reproduisent pas et de mener une politique, si délicate soit-elle, qui permette d’empêcher à terme de telles actions ?

La première considération qui nous vient est de penser que M. Valls fait ici un aveu d’impuissance. Mais ne pourrions-nous pas être inquiets, nous demander s’il ne s’agit pas plutôt d’un aveu de complicité ? Le terrorisme dont nous sommes frappés ne serait-il pas la résultante d’une politique qui ne date pas d’hier, bien sûr ? Et qui, plus ou moins indirectement, financerait ces actions innommables ? M. Valls, vous nous voyez confus : cherchez-vous à nous protéger ou nous avouez-vous que vous en êtes en tous points incapable ? Quoi qu’il en soit, « habituez-vous à » ce que le peuple français résiste toujours à la menace terroriste et ne considère pas comme inévitable et familière la mort de ses compatriotes !

À lire aussi

Système D comme « débrouillardise » ou système T comme « trafic » ?

La session du baccalauréat 2020 sera une session extraordinaire. Mais sa gestion restera s…