Dans l’ mexicaine de l’UMP, est sniper de profession. Gueule de gendre idéal, cheveux gris et idées vertes, l’historien de formation est tout sauf une Morano au masculin.

Sentant la bonne odeur des combats à venir, le député-maire du Puy-en-Velay commence à dégainer. Face à la guerre de bac à sable des « chefs » de son parti, Wauquiez a en effet compris qu’il y avait une faille dans le consensus mou. Dans la catégorie olympique « souverainisme light » – l’ancien champion du triple saut (en arrière) demeurant confit dans sa sarkôlatrie douteuse –, notre gaillard a pris les devants. Et attention, c’est du lourd : monsieur veut ni plus ni moins sortir de l’espace Schengen ! Ça mérite la médaille d’or de l’audace, non ? Cette proposition martienne, il l’a encore réaffirmée droit dans ses bottes dans l’émission “Zemmour et Naulleau” de vendredi 18 avril.

Pas mécontent de son effet, voyant Zemmour se trémousser de bonheur, le vice-président de l’UMP a été encore plus loin : il demande le retour à une des six, comme sous , personnage dont il se réclame avec la fierté d’un petit garçon. La néo-ex-Europe de Wauquiez, c’est plus précisément une Europe à deux vitesses, avec les six originels (sauf le Luxembourg qui serait remplacé par l’)… et les autres qui se débrouilleraient à la va-comme-je-te-pousse. Du crédible préélectoral, quoi.

Quand on lui demande comment il pourrait revenir à cette formule vintage, Wauquiez tourne autour du pot, comprenant que son effet d’annonce ferait sans doute bien rire dans les hautes sphères de Bruxelles. Mais il martèle : « L’Europe ne marche plus, les élargissements à n’en plus finir ont été une erreur. »

On se demande donc ce que Laurent le mirifique fait encore dans ce mouvement juppéo-copisto-fillonesque fanatiquement pro-européen… Et on comprend quand le charmant quadra annonce qu’il faudra de toute façon « garder l’euro, parce qu’il nous protège ». Protège on ne sait pas qui, mais sans doute l’ouvrier de l’Est au chômage , le pêcheur breton harassé ou la caissière d’Hénin-Beaumont à mille balles par mois.

Wauquiez n’est-il qu’un leurre de plus, lancé par la droite parlementaire comme avant chaque élection européenne depuis Maastricht ? Passe encore qu’il déclare qu’il ne « célébrera jamais un mariage gay », ou qu’il prône une baisse sensible de l’assistanat. Mais toucher à la de l’Europe, c’est chaud !

Ça n’a pas traîné : Copé, son boss, a rappelé à l’ordre ce jeudi le « dissident » en qualifiant les propos de son vice-président de « populistes »… Une quasi-excommunication à notre époque ! Alors, le sniper, tu shootes pour de vrai ?

24 avril 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …