"Vous n’allez pas faire partie des cons qui reprennent Twitter, cette fachosphère. C’est tellement débile. […] Dites ce que vous en pensez, ne vous basez pas sur trois tweets de connards, s’il vous plaît", répondait l’animateur à Benjamin Locoge, journaliste de Match. Vexé par le mauvais accueil réservé à la nouvelle formule du divertissement "On n’est pas couché", Laurent Ruquier est sorti de ses gonds, devenant incroyablement méprisant.

Laurent Ruquier insista même en attaquant directement ses confrères : "Vous, les médias […], vous saviez peser le pour et le contre, vous stimuliez le débat, vous faisiez réfléchir les Français. Maintenant ce sont cent connards sur un réseau qui vous dictent votre façon de penser." Doit-on en déduire que les téléspectateurs courroucés par le défilé d’une femme en burka de bain, dans le numéro de rentrée de l’émission, sont des « connards » qui devraient se taire car ils appartiennent à la « fachosphère » ?

Si Laurent Ruquier vient de la France populaire, cela fait bien longtemps qu’il n’y appartient plus. Déconnecté des réalités que vivent les Français, il est un maton de Panurge du politiquement correct, chien de garde du système assimilant toute forme de défiance à la pensée dominante à du « fascisme ». Il sait qu’il peut insulter les internautes sans risquer de sanction parce qu’il a son rond de serviette dans le service public, que nous payons en versant notre redevance. Il est un membre éminent du quatrième pouvoir qui se permet de nous insulter ouvertement.

Son sbire Yann Moix, souvent délirant, l’a soutenu en rajoutant que Twitter "pue l’extrême droite" et "pue la merde". Très parisiano-parisien, il a jugé intelligent de se moquer de la charmante ville savoyarde d’Annecy : "J’ai tout de suite compris que c’était un réseau où trois mecs dans leur chambre à Annecy s’expriment. On peut estimer que ça n’existe pas." Question idiote : si « ça n’existe pas », pourquoi tenir des propos aussi grossiers ? Pourquoi l’émission "On n’est pas couché" présente-t-elle une rubrique compilant les meilleurs tweets ?

Laurent Ruquier et ne peuvent pas supporter le fait que des Français simplex soient parfois plus doués qu’eux, plus cultivés. Les réseaux sociaux ont des défauts mais ils représentent un énorme danger pour les médias institutionnels. Periscope, par exemple, transforme potentiellement chaque individu en reporter de terrain… Ces nouvelles pratiques apportées par le numérique remettent en cause la position dominante des clercs, de plus en plus contestés et ridiculisés. Réfractaire au changement, conservateur dans le mauvais sens du terme, l’animateur préférerait que le rapport entre le public et les médias reste vertical. D’un côté les maîtres, de l’autre les élèves. Malheureusement pour lui, ce temps est définitivement derrière nous.

Les libertés numériques doivent être sanctuarisées, voire gravées dans le marbre constitutionnel. Nous pouvons défier l’autorité des rentiers du système parce que nous sommes réinformés : Laurent Ruquier et se conjugueront bientôt au passé...

11 septembre 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.