recevait dans son émission “Réplique” de samedi dernier sur France culture, Laurent Obertone pour son livre « la France big brother ». Pour lui donner la réplique, justement, lui était confronté le directeur de Libération, l’inénarrable Laurent Joffrin (né Laurent Mouchard, dans une d’extrême droite… que de choses à expier !)

Laurent Obertone nous explique dans son livre, « La France Big Brother », l’omniprésence de la bien-pensance dans l’univers médiatique et français et le conditionnement des esprits en conséquence. C’est un jeune homme bien élevé qui a besoin de calme et de temps pour formuler sa pensée ; il n’a pas encore acquis ce « métier » des vieux briscards de la com qui coupent la parole et monopolisent le débat, le rendant sans intérêt au lieu qu’il soit enrichi par un échange d’arguments poliment exposés. Ce débat qui n’en a pas été un a eu comme seul mérite d’illustrer précisément le propos de son livre : tous les moyens sont bons pour écraser l’opposition, y compris l’empêcher techniquement de s’exprimer quand l’adversaire s’y prête.

On ne connait que trop ces journalistes, politiciens et autres syndicalistes qui rendent exécrables les échanges en tentant de neutraliser l’adversaire non sur le fond mais sur la forme, instaurant une prime à la mauvaise éducation et à la discourtoisie ; c’est déloyal pour l’information de l’auditeur qui perd son temps, et désagréablement révélateur de la mise à par les de la « conversation », fleuron de la civilisation occidentale.

Monsieur Obertone apprendra certainement à être plus violent, plus stratège, plus désagréable, plus efficace. On n’a rien à y gagner, mais il devra maitriser les règles imposées par les loups pour exister médiatiquement. Ou disparaître…

11 mars 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.