Le ministre des Familles, , a confirmé ce lundi la prochaine abrogation d’une circulaire punissant les gynécologues orientant leurs patientes vers l’étranger pour y subir une PMA (procréation médicalement assistée). Ladite circulaire punit, depuis 2013, les gynécologues de cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende. Réaction d’Anne-Claude Venot, fondatrice du collectif Les Adoptés pour l’Enfance et présidente de l’Agence européenne des adoptés.

À lire aussi

PMA : la Cour de cassation, une cour qui casse le droit d’agir en justice

Refuser d’entendre une association d’adoptés réalise un déni de justice. …