Editoriaux - Justice - Table - 5 décembre 2012

L’Arche de Zoé : l’ingérence humanitaire poussée à son terme…

L’affaire dite de l’Arche de Zoé est l’occasion de mettre en garde ceux qui désirent adopter des petits africains. En dépit des boniments des trafiquants d’êtres humains, et sauf cas exceptionnel, ils doivent en effet savoir qu’en Afrique, il n’existe pas d’orphelins au sens européen du terme.

L’organisation sociale africaine étant communautaire et fondée sur le clan ou la famille élargie, l’enfant y est donc presque autant le rejeton du groupe que celui du couple. Ceci fait qu’un enfant qui perd son père et sa mère est tout naturellement pris en charge par une tante, par un oncle, par un grand-père, par des cousins, par un grand frère déjà marié ou par tout autre membre du lignage ; et si le lignage a disparu, ce qui n’est quasiment jamais le cas, par tout autre membre du clan. Même s’ils n’ont plus leur père ou leur mère, ces enfants ont donc toujours une famille.

Quant à ceux qui avaient été kidnappés par l’Arche de Zoé, ils avaient presque tous leurs parents…

Cette écœurante affaire doit également servir à rappeler que, dans les régions africaines aux fortes structures claniques et tribales, l’individu n’existe pas en tant que tel car il n’est qu’un élément d’un groupe, un simple chaînon entre les ancêtres et les générations à venir. Il est donc indissolublement lié à son lignage par un réseau complexe de solidarités et de dépendances dont il ne peut s’extraire.

Voilà pourquoi, au Tchad et au Soudan, pays d’origine des petites victimes de l’Arche de Zoé, l’adoption est interdite car elle est considérée à la fois comme une trahison lignagère et comme un crime social ; d’autant plus quand les enfants sont destinés à entrer dans des familles européennes vues comme chrétiennes…

Avec l’affaire de l’Arche de Zoé, comme nous sommes très clairement en présence à la fois d’un kidnapping massif d‘enfants et d’une tentative de violation délibérée de la loi française sur l’adoption, la question qui se pose et à laquelle le procès en cours permettra de répondre, est donc de savoir si ceux qui ont déboursé 2 500 euros pour « accueillir » ces prétendus « orphelins du Darfour » savaient que ces derniers avaient une famille.

Quant aux organisateurs dont nous ne connaissons pas les véritables motivations puisqu’ils se sont soustraits à la justice, ils pourront toujours avancer pour leur défense qu’ils n’ont fait que pousser à son terme l’ « ingérence humanitaire »

À lire aussi

Bernard Lugan : “L’islamisme en Afrique est la surinfection d’une plaie”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleBernard Lugan publie un Atlas historique de l&…