Dès lors qu’il s’agit de l’ et de son parti souverainiste l’AfD (Alternative für Deutschland/Alternative pour l’Allemagne), on n’en est pas à un raccourci près. Ainsi, à l’occasion de son congrès le week-end dernier à Stuttgart, on n’a voulu en retenir que l’hostilité de l’AfD envers l’islam, sans entrer dans le détail d’une résolution beaucoup plus nuancée…

Ainsi la présidente de l’Afd, Frauke Petry, a préféré mettre l’accent sur le danger culturel que présente un islam "militant". "Un islam orthodoxe, qui ne respecte pas ou combat même l’ordre juridique et revendique d’être la seule véritable religion, est incompatible avec notre système juridique et notre culture. […] Les règles de la charia (loi islamique) sont incompatibles avec notre Constitution et avec nos valeurs", peut-on lire dans le programme de l’AfD. Et si l’on y exige l’interdiction des minarets, de l’appel du muezzin et du voile intégral, on y réaffirme également la religieuse en reconnaissant que "de nombreux musulmans vivent en conformité avec le droit, sont intégrés et sont des membres acceptés de notre société".

Qualifié d’ selon les langages du système, l’AfD a réaffirmé clairement qu’il était avant tout un parti nationaliste et conservateur, balayant les accusations de connivence avec l’extrême droite, comme le furent dans le passé le NPD ou les Republikaner… Le congrès a, d’ailleurs, proposé d’exclure la branche sarroise du parti, suite à un article du magazine Stern révélant que l’AfD Sarre aurait eu des contacts avec des groupes néonazis et serait infiltré par ces militants de l’extrême droite.

L’AfD rappelle, par ailleurs, que nombre de ses dirigeants, comme le vice-président et ex-journaliste Alexander Gauland, sont issus des rangs de la CDU, qu’ils ont quittée depuis qu’elle a été "social-démocratisée" sous Angela Merkel. « L’AfD veut en finir avec l’ soixante-huitarde contaminée au gauche-rouge-vert », a lancé, sous les vivats, le coprésident Jörg Meuthen.

Considéré comme un parti « anti-establishment », l’AfD s’est prononcé pour la sortie de l’ si celle-ci n’arrive pas à se réformer et a réitéré son opposition à l’euro. Rappelant qu’il était opposé à tout afflux "irrégulier" de réfugiés, le parti plaide pour la "possibilité de construire des clôtures de protection aux frontières". En revanche, il accepte l’ de personnes qualifiées, selon l’exemple canadien.

Perturbé lors de son ouverture par un millier de manifestants d’extrême gauche, le congrès de l’AfD a fait l’objet également d’un piratage dimanche sur Internet : noms et adresses, numéros de téléphone, cartes de membre… Les données personnelles des adhérents du parti populiste ont été publiées sur un site marqué à gauche. Décidément, l’AfD dérange…

70 vues

2 mai 2016

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.