Editoriaux - Fiction - Politique - Table - 2 janvier 2017

La surprise que la gauche vous prépare pour la présidentielle

Apparemment, l’élection présidentielle de 2017 semble dessiner un second tour sans surprise : François Fillon face à Marine Le Pen, et un résultat également sans surprise avec l’élection de François Fillon, grâce à un front républicain ordonné à contrecœur, mais inévitable, par les socialistes, la gauche de la gauche et les centristes.

Donc, tout paraît joué !

Et pourtant, ne pourrait-il pas y avoir une surprise, et une surprise de taille ?

Prenons l’hypothèse vraisemblable de la victoire de Manuel Valls lors de la primaire socialiste. Nous nous trouvons, alors, devant une trilogie gauchisante allant du centre gauche, représenté par Emmanuel Macron, l’extrême gauche avec comme leader Jean-Luc Mélenchon et, bien entendu, Manuel Valls.

Mais quelle gauche sera représentée par Manuel Valls ? La droite de la gauche, donc le centre gauche, tout comme Emmanuel Macron.

Supposons, une seconde, que ces deux prétendants, Valls et Macron, aient l’intelligence politique de se rendre compte que ni l’un ni l’autre ne peut se retrouver dans un second tour séparément et que leur seule chance d’y accéder serait de se réunir, de faire alliance, avec la bénédiction de François Hollande qui, après sa courageuse décision de nous quitter, retrouve la sympathie de quelques citoyens et ne manquera pas de tenter de nous convaincre que quelques réformes imposées, à l’aide justement de Valls et Macron, doivent être poursuivies !

Apparemment tout sépare les deux prétendants mais l’objectif à atteindre, si loin d’eux en ce moment, ne vaut-il pas une messe rue de Solférino pour notre Macron qui nous avouait, cet été, qu’il n’en a jamais été ? Tout en nous montrant qu’il les fréquentait beaucoup, les gens de Solférino !

Avec un deal, évidemment : Manuel Valls Président et Emmanuel Macron Premier ministre désigné (dans l’attente de 2022) et se désistant en faveur de Valls avant le premier tour de la présidentielle. Ou l’inverse ! Selon les sondages du moment car, cette fois-ci, ce ne devrait pas être les réservations du Sofitel de New York qui imposeront le calendrier et le candidat de la gauche.

Voilà qui surprendrait toute la classe politique et changerait la donne car les voix, qui se seraient divisées entre les deux candidats, rassemblées sur un seul, lui accorderaient – et donc aux socialistes – d’être présents, contre toute espérance, au second tour de la présidentielle.

Politique fiction ? Plusieurs signes récents montrent plutôt qu’il s’agit du scénario “roue de secours-divine surprise” qui nous attend.

D’abord, l’appel du Président, lors de ses vœux, à éviter la “dispersion”.

Ensuite, les confidences du “bras droit” d’Emmanuel Macron, dans Le Point, évoquant sa proximité avec M. Hollande. Un bras droit finalement très à gauche !

Enfin, les appels de la peillonniste Karine Berger au micro de France Inter vont dans le même sens :

Emmanuel Macron propose une offre ni de droite ni de gauche mais qui, parce qu’elle séduit une partie de l’électorat de gauche, interdit au candidat de gauche issu de la primaire ou presque d’arriver au second tour de l’élection présidentielle. […] C’est la responsabilité historique d’Emmanuel Macron de prendre ce risque. Moi, je dis encore et toujours à Emmanuel : “Essayons de ne pas livrer ce pays à la droite filloniste et à l’extrême droite Marine Le Pen, et mettons-nous d’accord avant le premier tour de l’élection présidentielle”.

Au moins, avec Mme Berger, et ses gros sabots, les choses sont plus claires et la stratégie de M. Hollande, redevenu premier secrétaire du PS, l’est aussi !

Mais face à qui se retrouverait cette gauche ?

François Fillon ou Marine Le Pen ?

Pour cette question, les choses ne dépendent plus des marionnettistes socialistes, mais de vous.

À lire aussi

8 janvier 1961 : l’abandon de l’Algérie était voté

Par 75 % des votants, l’autodétermination, donc l’abandon de l’Algérie par la France, étai…