La Suède, pays le plus tolérant et progressiste du monde !

Aussi loin que je puisse me souvenir, la gauche française a souvent cité la Suède comme étant « avant-gardiste » et « un modèle de société à suivre ». Déjà, en 1975, le pays fut l’un des premiers à inscrire fièrement dans sa Constitution le principe de multiculturalisme. Une génération de diversité plus tard, les crimes violents ont augmenté de 300 % et les viols de 1.472 %, alors que la population a seulement augmenté de 18 % (essentiellement via l’immigration). Aujourd’hui, la Suède est le deuxième pays du monde en matière de viols, dépassée seulement par le Lesotho en Afrique australe.

Ces statistiques se sont une nouvelle fois illustrées, le week-end dernier, lors du plus grand festival de musique en Suède (Bråvalla Festival), lors duquel 40 adolescentes de 12 à 17 ans ont porté plainte pour « agression sexuelle », dont cinq pour viol.

Une des victimes, Alexandra Larsson, 17 ans, déclara au MailOnline : « En quittant le festival, il y avait des filles en larmes tout autour de moi. » Plus loin, elle insiste : « Je pense qu’il y a des centaines de victimes », nous faisant donc douter du nombre officiel de victimes… Elle finit par avouer : « Ils [les agresseurs] étaient des immigrés. Je déteste devoir le dire, mais c’est la vérité. »

Dans le même temps, la Suède se targue d’être le pays le plus féministe au monde ! Le site Web du gouvernement dit même que la Suède mène « une politique extérieure féministe ». Pourtant, le fait d’évoquer qu’il faudrait ne serait-ce que discuter des violences sexuelles émanant des migrants semble impossible. Au contraire, on y dénonce « la violence masculine en général ».

Quant à la police, dans un rapport publié en mai 2016, elle estime que les migrants sont victimes de la « culture nordique de l’alcool ». En effet, l’alcool étant prohibé dans de nombreux pays d’où viennent les migrants, il est logique de penser qu’« ils ne savent pas gérer l’alcool » (sic), ce qui les rend « surexcités » et « remplis de sentiments d’égarement » et, donc, ils « ignorent les conséquences de leurs actes pour les filles ». Ce même rapport indique que la majorité des victimes sexuelles sont des filles de moins de 15 ans…

La Suède, tout comme le reste de l’Occident, est dans le déni. Pourtant, le discours politique qui voit en tout migrant une victime est en train s’effondrer, même là-bas. Car il devient évident aux yeux des peuples que le pouvoir choisira toujours la « souffrance » du migrant sur n’importe quelle autre souffrance, y compris le viol de femmes ou d’enfants.

En mars dernier, la Norvège avait déclaré très officiellement qu’elle se préparait à l’effondrement de la Suède… La Norvège s’était dit « prête » à abandonner la Convention de Genève si la Suède s’effondre sous le poids de l’immigration afro-musulmane. La frontière sera alors fermée par la force et les migrants clandestins seront repoussés sans exception. « Nous sommes préparés pour le pire », avait affirmé Erna Solberg, Premier ministre…

C’est vrai, la Suède demeure un pays « avant-gardiste », mais en tant que canari occidental dans la mine multiculturelle.

À lire aussi

Ils croient résister aux terroristes mais sont en réalité déjà morts !

"Nous avons besoin d'être unis !" disent-ils. Mais jamais ils ne précisent autour de quoi,…