Editoriaux - Education - Médias - 23 décembre 2014

La sourde oreille du ministère de l’Éducation nationale…

Après les répressions disproportionnées de M. Valls lors des Manifs pour tous, après le refus de recevoir une pétition de 700.000 signatures (pas moins !) qui a fait l’objet d’une annulation de l’avis du CESE par le tribunal administratif de Paris, voilà que le ministère de l’Éducation Nationale se met lui aussi à bafouer les droits les plus élémentaires du peuple français.

Une pétition de l’association Droit de naître a réuni 9.312 signatures pour demander officiellement au ministère de respecter la neutralité de l’école et écarter les interventions du Planning familial, qui ne se contente pas de présenter toutes les méthodes de contraception (mais où se trouvent la chasteté, l’abstinence sur leur site ?), mais promeut également l’avortement comme un droit fondamental (pour les parents, peut-être, mais pour l’enfant à naître ?).

Que l’on soutienne ou que l’on combatte la position adoptée par Droit de naître, une pétition reste une pétition : l’organisme d’État auquel on la remet se doit de la recevoir par respect pour les citoyens qui la soumettent et qui se trouvent eux aussi gouvernés par l’autorité qu’il représente… À moins que le gouvernement actuel ne reconnaisse officiellement qu’il ne gouverne que les Français socialistes… Mais le 12 décembre 2014, lorsqu’un représentant de Droit de naître a souhaité remettre sa pétition au ministère, non seulement on ne lui a pas fourni de bon de remise, mais on lui explique que son “service n’a pas l’habitude de recevoir ce genre de pétition” (où se trouve le site officiel de la définition des « genres » de pétition que le peuple français peut élaborer et présenter ?) et, après l’avoir littéralement « ballotté » de services en services, on lui demande enfin de faire parvenir lesdites pétitions par La Poste ! Le ministère de l’Éducation nationale ne semble donc plus seulement incapable d’enseigner correctement à lire et à écrire, il en est visiblement lui-même incapable… À moins que… sur le modèle de la grande muette (qui se doit de garder le silence pour des raisons évidentes de sécurité) et surtout des “yeux bandés” (les médias et la police nationale voient-ils encore les réalités ou croient-ils à leurs propres mensonges lorsque l’on fait croire que la Manif pour tous est un repaire de casseurs et de violents ?), le ministère de l’Éducation nationale s’apprêterait-il à jouer la sourde oreille ?

À lire aussi

« Migrant », ce mot-clé de la novlangue

Il conviendrait peut-être de demander au pape François s’il est encore possible de défendr…