Trop intelligent pour comprendre qu’il doit se retirer en reconnaissant ses erreurs par amour de la et par respect pour lui-même, Hollande prépare sa réélection ! Tous les espoirs sont donc permis aux vaincus, aux condamnés, aux incompétents ; il n’y aura pas renouvellement car ils se cooptent au nom de la République et du suffrage universel exprimé.

La suffisance autiste de n’aura pas suffi à cacher les échecs et mensonges dans tous les domaines. Promesse solennelle, la déchéance de nationalité est abandonnée. Élu par défaut à cause de la braguette trop souvent ouverte d’un rival et d’un prédécesseur qui a ruiné son mandat par des choix immatures de luxe et de prestige, Hollande est isolé, lâché par plus du tiers de sa majorité, par un échec dont il a créé les conditions. Temps perdu, palabres, spectacle de l’inaction au pouvoir, ses paroles sans les actes ont des conséquences : une reprise impossible du fait de la défiance, des communautarismes qui se développent, un chômage galopant, des générations qui se jalousent, une agriculture sacrifiée, une politique étrangère déconsidérée dans le monde.

L’échec est si lourd que le PS s’excuse, que les soutiens de Hollande se cachent. Tous les gens de gauche souhaitent que François Hollande se représente pour être seul à assumer ses échecs plutôt que d’en partager la responsabilité. 2017 perdu permettrait peut-être, à leur sens, de reconstruire la gauche pour plus tard, petits calculs personnels plutôt que la recherche de la limite des dégâts qui prouvent que la destitution est impossible, et surtout le mépris des politiques pour nous.

La France va très mal et son médecin se trompe de diagnostic, prescrit un traitement non approprié, change les soins et engage le pronostic vital de son patient. Alors, petit retraité appauvri, pauvre jeune qui refuse des emplois précarisés quand l’emploi disparaît, fonctionnaire désabusé, militaire saturé, flic ou gendarme épuisé de courir après des gens qu’il a dû relâcher par décision ou non-décision des juges, paysan ruiné, ouvrier délocalisé, enseignant qui perd pied, travailleur moins payé qu’un non-travailleur, souverainistes qui ne veulent pas être aspirés par le FN, que pouvons-nous espérer ?

En Belgique, avec 32 morts, les ministres de la Justice et de l’Intérieur ont eu la dignité de proposer leur démission. En France, 150 morts et ceux de chaque attentat en , 2.000 milliards de dette, 6 millions de sans-emploi dont les chômeurs, 200.000 migrants par an, ni démission du Président ni destitution, mais… une candidature !

Monsieur Hollande n’est pas intelligent mais nous sommes trop cons et cela semble parti pour durer ; il n’y a pas de révolte ! Il me reste le courage de la prière et du silence pour maîtriser ma colère et étouffer ma rage. Et ne pas passer du côté obscur de la force…

À lire aussi

La langue française, cause de nos divisions ?

Jouer sur les mots est un mode d'action de nos politiques, mais actuellement ils jouent su…