Selon un antique adage, gouverner consisterait avant tout à prévoir. Pour les instances européennes, le compte n’y est pas. Et là, il ne s’agit plus de inclusive et autres gadgets bienveillants : juste de savoir ce qu’il y aura dans nos assiettes – ou pas – demain.

Ainsi la vient-elle enfin de comprendre que le Vieux Continent était désormais dépendant des céréales russes et ukrainiennes. Tout comme il aura fallu attendre le Covid-19 pour s'apercevoir que nous n’étions même plus capables de fabriquer de l’aspirine et que nos voitures peinaient à rouler sans ces micro-processeurs, eux aussi usinés en Chine.

Il y avait la fameuse « mondialisation heureuse », chère à Alain Minc ; on avait oublié ces mondialistes distraits, persuadés que l’empire du Milieu resterait à jamais l’usine du monde. Un mépris ethnique et civilisationnel mêlé à cette jobardise qui consiste à imaginer que ceux qui ont inventé papier et poudre à canon se contenteront pour l’éternité de mouler des Mickey™ en plastoc et des Barbie™ en Merdaflex™.

Aujourd’hui, le « cercle de la raison » (Alain Minc, toujours, et sa « bonne gouvernance ») commence à en rabattre. D’où ce plan pour revenir à ce qui fut jadis notre ordinaire : l’autosuffisance alimentaire. La fut l’autre grenier à blé de l’Europe. Du passé. Désormais, les derniers de nos paysans jonglent avec les réglementations.

On les a naguère sommés de démembrer leurs champs et d’abattre les haies, au nom d’une rationalité toute technocratique, pour ensuite leur reprocher d’avoir dévasté l’environnement. On les a poussés à utiliser engrais et pesticides plus que de raison pour, désormais, les accuser d’écocide. On les a obligés à penser avant tout à l’exportation pour, aujourd’hui, les condamner aux circuits courts. Résultat ? Les enfants ne veulent plus reprendre la ferme familiale et ceux qui relèvent le défi caracolent en tête des taux de suicide.

On oublie pourtant que ce sont eux qui nous nourrissent quotidiennement et que sans eux, nous mourrions tous de faim. Cela mériterait peut-être un petit merci ou, tout au moins, un semblant de considération. Nous en sommes loin. La preuve en est ce caprice de gosses de riches ayant amené, ce 19 mars, certains enfants gâtés à arraisonner un train empli de blé aux alentours de Pontivy, en Bretagne, pour en jeter la cargaison aux quatre vents.

Certes, les motivations de ce collectif méritent aussi d’être entendues : « En déversant ces céréales destinées à l’alimentation d’une partie du cheptel breton, nous symbolisons le lien au sol à recréer dans notre agriculture, le lien à la terre bretonne, cette même terre qui ne peut pas supporter les incidences de l’élevage d’un si grand nombre d’animaux. »

Mais que font ces paysans, si ce n’est obéir aux injonctions successives et contradictoires d’instances, au début étatiques puis supranationales, leur expliquant comment pratiquer le métier de leurs ancêtres, instances dont les représentants ne sauraient même pas faire la différence entre un topinambour et un kiwi ?

Si l’on suit l’actuelle logique gouvernementale, ne devrait pas tarder à demander conseil à d’autres experts. Ceux de McKinsey, peut-être ?

5125 vues

23 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

60 commentaires

  1. Vivement que Zemmour soit président et remette cette France, toute cette France au travail sans les contraintes destructrices de l’UE. Il a raison quand il dit qu’il faut tourner le dos aux injections de l’UE lorsqu’elles sont néfastes à notre pays, à nos agriculteurs, à nos éleveurs, à nos industriels, enfin à tous ceux qui travaillent et qui veulent travailler librement.

  2. Soyons sérieux, les risques de pénurie sont mini mini, par contre nous risquons les restrictions. A cause des gens qui vide tous les rayons des magasins. Le mot pénurie fait augmenter tous les prix à vitesse accélérée et permet à Macron de réveiller une fois de + les peurs. le cinéma, après 3 jours de demi soleil les média crient à la sécheresse.
    La France n’est pas un pays en voie de développement, les pénuries sont loin. La récolte ble de 2021 a été bonne

  3. C’est exactement ce qui attend l’Ukraine si son cher président comédien obtient les bases de l’OTAN. malgré les ruines et les morts qu’il impose à ses administrés… Si ce n’est pas déjà fait

  4. Le délire et la manipulation sur une grande crise alimentaire en France due à la guerre en Ukraine ! macron sait faire peur mais pourquoi ne laisse t il pas nos agriculteurs travailler sans leur imposer toutes les normes idiotes de l’Europe et des écolos ???
    Les Agriculteurs sont écolos spontanément et veulent produire des bons produits , ils ont toujours nourris la France et les Français souhaitent tous qu’ils puissent continuer sans les ordres stupides et délirants de l’UE

  5. Edgard Pisani qui fut le Ministre qui édicta le remembrement, source de tous nos problèmes d’aujourd’hui, regrettait amèrement 40 ans après, d’avoir instauré cette folie. Les « Technocrates » ayant mis leurs grains de sel dans la vie de nos Paysans, la catastrophe était annoncée !… Nous qui exportions, en sommes réduits à trembler tant notre économie est faillible… Pauvre Pays dirigé par des idéologues qui nous mènent dans le mur…

  6. « Emmanuel Macron ne devrait pas tarder à demander conseil à d’autres experts. Ceux de McKinsey, peut-être ? »
    Vu ce qu’a préconisé Macquisaitout pour vaincre un pauvre corona non dangereux (létalité équivalente à tous les coronas précédents soit 0,2% !!!) mais rapportant 1 gros paquet de dollars à ses chefs Pfizer and Co, je me demande ce qu’il serait capable d’inventer!

    Sans doute famine incommensurable avec l’obligation de rester chez soi avec le protocole 3 D : disette dodo décès .

  7. En fait presque quel que soit le sujet, je vois la démonstration de la décomposition de notre société, en Occident et particulièrement en France. Ce, justement, dont essaie de se préserver … un certain Poutine et d’autres de par le monde. C’est cette décomposition qui autorise bien des « miséreux » à nous envahir, sans doute, pensant que « l’endroit » est miraculeux et leur permettra une meilleure vie, sans effort, c’est encore mieux. Si le Z ne l’emporte pas, l’irréversibilité, le basculement !..

  8. Le bon sens paysan et les élites de l’ENA sont en totale contradiction et nous voyons le résultat !! Aujourd’hui, les jachères on en fait quoi ????

  9. La raison, le bon sens et le pragmatisme sont les grands absents de la technocratie européenne qui, telles les éoliennes, brasse du vent et distribue aveuglément normes aberrantes et injonctions délirantes.

  10. L’agriculteur est le seul producteur autorisé à vendre à perte alors que c’est illégal

  11. Macron a commis une faute gravissime (une de plus) en ne permettant pas d’emblaver les jachères imposées par Bruxelles alors qu’il était encore temps (fin février) de semer.
    Le blé va devenir trop cher.

    1. surtout, encore une fois ce sont les multinationales qui détiennent et fournissent les semences .

  12. Le maghreb ne reçoit plus de blé tendre depuis l’Ukraine et la Russie qui a eux 2 fournissaient 30 des exportations mondiales, la France va plonger dans ses réserves pour fournir une première demande d’environ 800.000 tonnes supplémentaires mais cela ne suffira pas, que se passera t’il quand les réserves seront en dessous du seuil critique , et que nous conserverons en priorité nos productions sur le marché intérieur, quid de l’affrique sub saharienne ? Oui gouverner c’est prévoir.

  13. Surtout, ne vous inquiétez pas, Mac Kinsey va trouver « la » solution…. bien triste époque depuis que les suppôts de Davos sont aux commandes…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter