Cliquez pour acheter

Avant le 17 janvier 2013, l’insécurité n’était qu’un sentiment, la criminalité galopante une hallucination collective, l’ultraviolence un mythe. La sortie de La orange mécanique de Laurent Obertone a, d’un coup, fracassé le déni ambiant, révélant, pour la première fois, les plaies à vif d’une réalité que politiques et s’employaient à édulcorer : 200 viols, 2.000 agressions et 13.000 vols commis chaque jour en France. Vilipendé par les tenants du , acclamé par 200.000 lecteurs, cet état des lieux méthodique de la délinquance ordinaire a définitivement changé la donne. Il y a un avant et un après. Nul ne peut plus réfuter l’ensauvagement de la société, la corrélation entre hausse de la criminalité et immigration de masse, l’attitude démissionnaire des gouvernements de comme de droite, le désarroi des forces de l’ordre, l’angélisme de la , le malaise d’une civilisation qui se fissure peu à peu.

Deux ans plus tard, qu’en est-il ? Cette nouvelle édition augmentée (512 pages) et remaniée s’enrichit de chiffres actualisés et d’une kyrielle de faits divers récents insérés au fil des chapitres. Plusieurs pages reviennent sur les attentats de janvier et les actes isolés perpétrés un mois plus tôt par des « déséquilibrés », annonciateurs de la tragédie à venir, qui auraient dû alerter les pouvoirs publics. Laurent Obertone décrypte ainsi “l’échec d’une idéologie” enracinée dans le vivre ensemble, la sacro-sainte tolérance et le multiculturalisme, qui s’acheva en une grande “kermesse anti-, pour mieux retourner les événements à des fins de récupération politicienne et ne surtout pas remettre en cause la belle utopie de l’intégration.

“Ce livre a fait parler de lui dans vingt-sept pays, où l’on s’étonnait non pas de son contenu, mais de la manière dont son auteur était traité, par les médias de son propre pays”, confie-t-il, relatant le parcours du combattant qui fut le sien lors de la promotion de l’ouvrage : boycott des médias bien-pensants, annulations en dernière minute d’interviews, accusation de racisme et diffamations en tous genres, attaques en meute sur les plateaux télévisés qui voulurent bien le recevoir, hostilité manifeste qui atteignit son apothéose quand fit l’éloge du livre. Ostraciser plutôt que débattre. Calomnier au lieu d’argumenter, faire taire à tout prix ceux qui défient les lois du formatage. Mais il y eut aussi les innombrables témoignages de sympathie de citoyens anonymes, de victimes qui se sentaient enfin reconnues.

On ne saluera jamais assez le courage de Laurent Obertone et de son éditeur d’avoir divulgué une vérité que personne ne voulait voir, au risque d’être traînés dans la boue. Mais, comme le disait , « la vérité vaut tous les tourments ».

20 avril 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Chômage : le naufrage de François Hollande

Non seulement François Hollande n’a pas su inverser la courbe, mais il a semé à tout vent …