Ça sent le roussi au MEDEF depuis que Laurence Parisot ne se sent plus. Ainsi entend-elle briguer un troisième mandat, ce qui est pourtant interdit par les statuts de ce syndicat patronal. Et d’exiger, tant qu’à faire, que lesdits statuts soient changés à quelques jours du scrutin. Du coup, les autres prétendants dont les candidatures étaient officielles, Geoffroy Roux de Bézieux, Pierre Gattaz, Thibault Lanxade et Jean-Claude Volot, se rebiffent. Discrètement pour l’instant, préférant envoyer leurs lieutenants respectifs en première ligne ; mais discrètement, toujours. À coups de confidences anonymes distillées dans la presse, Match, par exemple : « Faute de point de chute, Laurence Parisot veut s’incruster, garder des officiers de sécurité qui l’entourent comme Madonna un soir de concert. » Ambiance…

Du côté de la putschiste, cette déclaration : « Ma motivation est liée à la situation de notre pays, à son avenir, et au rôle potentiellement décisif des entrepreneurs. » Ben voyons… Voilà qu’elle se prend pour de Gaulle, maintenant. Elle n’a plus qu’à partir à Londres ! À ce détail près que, lorsque le Général s’y exilait, c’était pour sauver l’idée qu’il se faisait de la France, alors que si les copains du CAC 40 de la péronnelle en question s’y installent, c’est seulement pour payer moins d’impôts…

En revanche, là où Laurence Parisot parle d’or, c’est quand elle évoque le « rôle potentiellement décisif des entrepreneurs » ; lesquels, à l’instar de Carlos Ghosn, le patron de Renault, délocalisent leurs usines à l’étranger pour sous-payer des ouvriers fabriquant des Logan que les rescapés des plans sociaux n’auront bientôt plus les moyens de se payer.

Mais il est vrai que le MEDEF a davantage tendance à défendre les intérêts des grands groupes transnationaux que des véritables entrepreneurs, petits patrons traités en sous-prolétaires par ce syndicat.

Qu’il est loin, le temps du CNPF, dont les dirigeants étaient encore issus de l’ réelle. Ce n’est peut-être pas un hasard si celle qui met ses pas dans ceux d’Elena Ceausescu vient d’un tout autre monde : celui de la virtualité. Car l’ancienne directrice de l’IFOP, dont elle est toujours vice-présidente, ne faisait rien que de vendre l’air du temps. Une sorte de cartomancienne, dira-t-on pour rester poli.

D’ailleurs, à force de vendre des sondages d’opinion, elle a fini par avoir une opinion sur tout. À propos de et de Jean-Luc Mélenchon : « Ils défendent deux philosophies inacceptables et dangereuses. Ils entretiennent et aggravent les clivages. » Et elle fait quoi au MEDEF, aujourd’hui, à part « aggraver les clivages » ? Évidemment, c’est encore elle qui se pince le nez devant un Vladimir Poutine ou un Hugo Chávez qui, eux aussi, ont changé la loi électorale. Sauf qu’eux avaient fait avaliser la chose par voix référendaire. Nuance qui fait toute la différence. Mais Laurence Parisot n’a pas ces pudeurs. Elle se permet tout. Ose tout. Indécence et vulgarité.

À propos de ces gens qui finiraient par vous faire douter du humain, Keith Richards, le fameux guitariste en chef des Rolling Stones, a eu ces mots définitifs : « Même s’ils prenaient feu devant moi, je ne leur pisserais même pas dessus pour stopper l’incendie… » Propos certes un brin excessifs, mais d’un indéniable bon sens.

35 vues

4 mars 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.