On ne peut que se réjouir de l’accord signé à Minsk, et de l’action obstinée de François Hollande et d’ pour maintenir les États-Unis et l’OTAN hors des négociations ; malheureusement, on ne peut que craindre que cet accord ne soit pas respecté et que la guerre continue. Remarquons, au passage, la retenue de Vladimir Poutine. Si, à la suite des diverses provocations occidentales (projet de traité d’association avec l’Union européenne, coup d’État de Porochenko), il avait envahi l’, bien sûr il y aurait eu des imprécations, mais qui aurait pu s’y opposer ? On ne peut qu’en déduire que Poutine n’a aucune envie d’annexer l’Ukraine et de prendre en charge ses dettes, son ruinée et son État failli.

Il n’empêche que c’est à la Russie qu’on applique le bâton des sanctions. Il y avait pourtant une façon bien simple de calmer le jeu et d’imposer une solution : l’Ukraine n’a plus un kopeck, si l’on peut dire. Madame Lagarde, présidente du Fonds monétaire (FMI), dont on ne sait pas très bien qui elle sert, Dieu ou Mammon, les États-Unis ou l’Argent, vient d’accorder à l’Ukraine un prêt de 17,5 milliards de dollars sans condition et ce n’est pas le premier prêt. Comment peut-on espérer que l’Ukraine rembourse un jour ? Comme l’écrit Le Monde, pour “construire un État démocratique avec une économie qui fonctionne, une sorte de deuxième Pologne… l’Union européenne doit s’investir. Cela va coûter cher.”

Pourquoi, grand Dieu ? On a déjà la sur les bras. Qu’a l’Europe à faire de l’Ukraine ? Laissons ce pays failli, mafieux, corrompu à la zone d’influence russe avec la Biélorussie. Il fallait conditionner le prêt du FMI à la conclusion d’un accord ferme et définitif, laissant l’Ukraine hors de l’Europe. La carotte pour Porochenko, puis qu’on applique le bâton à Poutine. Il n’y a aucune raison de donner raison à Porochenko dont le pouvoir a été usurpé, plutôt qu’à Poutine qui défend les Russes d’Ukraine.

14 février 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Une dérive autocratique

On peut se demander si l’existence de ces Conseils de défense n’a pas pour but de faire éc…