Monsieur le Chef Suprême,

Gesticulation ? Vraie menace ? Ces derniers jours, le monde vous présente une nouvelle fois comme un irresponsable, comme un dangereux va-t-en guerre qui veut « faire de Séoul et Washington une mer de feu ». Les experts racontent décidément n’importe quoi !

Ainsi, après avoir passé votre petite enfance entourée de dizaines d’ordinateurs, de centaines de domestiques et de milliers de jouets, vous seriez allé visiter Disneyland au Japon (sous un faux nom) avant de commencer sans les terminer des études en Suisse (sous un faux nom encore). Surdoué pour tout ce qui n’est pas scolaire, vous sauriez même conduire depuis l’âge de 3 ans (notamment une Mercedes à pédales spécialement aménagée pour vous). Depuis l’âge de 15 ans, vous seriez aussi un grand fumeur et un grand amateur de whisky ce qui, malgré votre passion pour les sushis au calamar et au thon frais, expliquerait une tendance à l’embonpoint et au cholestérol. Surtout, vous seriez fou de basketball. Mais aussi des films de Jackie Chan, de Jean-Claude Van-Dame et de toutes les autres formes de violence. Dans leurs rapports secrets, les Américains — perfides parmi les perfides — se croient ainsi obligés de souligner votre caractère instable et votre tendance sadique : vous prendriez même plaisir à torturer les animaux ! Malgré cette force de caractère peu commune, d’autres experts, probablement plus mal informés encore, avancent que vous seriez manipulés par votre propre armée et que vous auriez échappé, récemment, à un attentat. Ce qui expliquerait au moins en partie votre mauvaise humeur manifeste de ces temps derniers…

Plutôt que de persifler sur toutes ces informations invérifiables, vos détracteurs feraient bien de se concentrer sur celles qui le sont. Ainsi de ce témoignage de « première main » de Dennis Rodman, basketteur notoire et donc intellectuel de référence pour beaucoup. À son retour de où vous l’aviez invité personnellement à passer quelques jours avec vous, il était on ne peut plus formel à votre endroit : « C’est un gosse, mec ! Il a 28 ans ! Rendez-vous compte : 28 ans ! Pour moi, c’est un ami. Il aime sincèrement le basket. Il ne veut pas la guerre. Il me l’a dit. La seule chose qu’il veut, il me l’a dit aussi, c’est que Barack Obama lui téléphone. » Bref, tout ne serait qu’affaire de coup de fil entre passionnés. Ne manquerait donc qu’une sorte de G2 du basket entre les États-Unis et la Corée du Nord. Comment n’y avait-on pas pensé avant ? Une fois encore, la CIA avait tout faux.

En attendant, il n’aura échappé à personne que vous donnez un vibrant exemple à notre Occident décadent. Nous traversons une crise de sécurité et d’autorité ? Chez vous, la rue est tenue. Les prisons aussi. L’Occident peine à intégrer ses étrangers ? Vous n’avez ni étranger ni problème d’intégration. Les partis politiques et les syndicats sont en perte de vitesse historique ? Les vôtres ne se sont jamais aussi bien portés. Chez nous, on siffle le drapeau et on réduit les crédits militaires ? Le drapeau, chez vous, est sacré. Et votre armée toujours l’une des plus importantes au monde. L’Occident croule sous les dettes et les embouteillages ? Vous rêveriez de vous endetter et les rues sont vides. Nos citoyens se noient dans la surconsommation, l’estomac repus et la conscience molle ? Aucun risque chez vous où tout manque. Sauf l’essentiel. Car je n’en doute pas un instant : si le monde est méchant avec vous, c’est qu’il est jaloux.

Comment ne le serait-il pas face à votre instinct génial, à votre haute ambition et à votre détermination sans faille : n’avez-vous pas appelé, encore en janvier dernier, à « cesser la confrontation entre le Nord et le Sud » tout en annonçant « un virage radical afin de construire un géant économique » ?

Un objectif d’autant plus à votre portée que vous êtes le seul au monde à pouvoir l’atteindre (partant de zéro ou presque, nul doute que vous arriverez forcément quelque part !). Le seul terrain possible d’expérimentation du communisme en chambre. Le dernier bastion de l’utopie en marche (forcée, certes, mais en marche tout de même…). Le seul laboratoire d’un avenir à la fois différent et meilleur. Bref, un vrai rendez-vous avec l’Histoire. Ne le ratez pas !

Votre peuple compte sur vous. Nous aussi.

Alors, Monsieur le Chef Suprême, ne vous trompez ni de bataille, ni de guerre. Au lieu de prendre le risque de perdre la bataille militaire, attachez-vous plutôt à gagner la bataille économique et politique. Il y a plus destructeur que de lancer vos missiles : c’est… de ne pas les lancer !

Un humoriste français expliquait un jour : « Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Le communisme, c’est exactement le contraire. » Winston Churchill, lui, avait affiné le concept : « Le capitalisme, c’est quand chacun a sa voiture. Le communisme, c’est quand tout le monde a son parking. »

Alors, au lieu d’en vouloir tellement à l’Occident, rendez-le plus jaloux encore ! Montrez-nous que vous êtes capable de faire mentir Churchill. Capable de faire triompher la vision du « toujours mieux » face à la civilisation du « toujours plus ». Capable de faire en sorte que chaque Coréen du Nord ait enfin, un jour, sa voiture ET son parking !

Ce jour-là, nul doute que Barack Obama vous appellera longuement. Et pas seulement pour parler basket…

À lire aussi

Scoot toujours

À l’irresponsable anonyme qui m’a fracassé la jambe, puis abandonné au sol... boulevard Vo…