Le verdict de l’affaire dite de la « sextape » ne sera rendu que le 24 novembre prochain, mais peut d’ores et déjà se considérer comme acquitté. Accusé d’avoir participé à une tentative de chantage visant le joueur Mathieu Valbuena, il ne risque plus grand-chose. Lors du procès, le 21 octobre dernier, le parquet de Versailles avait requis à son encontre une amende de 75.000 euros et une peine de dix mois de prison avec sursis.

Une amende de 75.000 euros n’est pas amère mais dorée comme une pilule facile à avaler pour le footballeur millionnaire. Pour info, il vient de renouveler son contrat avec le club espagnol du Real Madrid. Pour l’actuelle saison, il touchera un salaire brut annuel de 11,7 millions d’euros, puis, la suivante (/2023), de 13,5 millions. Et encore, la presse espagnole nous apprend que, vu le contexte sanitaire et économique, le joueur a consenti à des sacrifices. À cette rente, il faut ajouter le contrat qui lie Benzema à l’équipementier Adidas, qui tourne autour des 2,5 millions d’euros par an. Il roule sur l’or et en voitures de luxe. Le site spécialisé Auto Moto nous informe qu’il possède une collection de bolides (dont une Bugatti, une Ferrari et une Lamborghini) estimée à 10 millions d’euros ! Bref, une amende de 75.000 euros, c’est un pourboire à la Justice. Il paiera sans doute autant en frais d’avocat, puisque, pour assurer sa défense, il a fait appel aux meilleurs : d’abord Éric Dupond-Moretti, puis, ce dernier nommé garde des Sceaux, à Antoine Vey et Sylvain Cormier.

Plus inquiétante est la menace d’une condamnation à dix mois de prison avec sursis. Car, dans ce cas, il serait inadmissible que le condamné continue à jouer en équipe de France, cela ferait tache sur le maillot tricolore ! Mais, là encore, aucun souci ! Benzema a encore trouvé un avocat de taille en la personne du président de la FFF (Fédération française de football), Noël Le Graët. Dans un entretien accordé au Parisien, ce mardi 9 novembre, Le Graët explique que, quel que soit le verdict rendu le 24 novembre, Benzema aura sa place réservée en équipe de France : « Benzema ne sera pas exclu par rapport à une éventuelle sanction judiciaire. Même s’il écope d’une peine de prison avec sursis, il lui reste la possibilité de faire appel d’une condamnation. Donc, sa convocation ou pas, dans les mois prochains, ne sera pas liée à ce jugement. » Le président de la FFF annonce ainsi la couleur : si Benzema est condamné, il fera appel, le temps de participer à la Coupe du monde 2022 (organisée au Qatar, du 21 novembre au 18 décembre 2022) avec un casier judiciaire vierge. Sinon, cela ferait polémique, surtout si un Éric ou une avait, entre-temps, emménagé à l’Élysée. Conclusion: la doit suivre le calendrier de l’équipe de France de football. Ce n’est pas une surprise. Alors que le verdict de la « sextape » aurait dû être rendu rapidement, il a été reporté au 24 novembre afin de permettre à Benzema et aux Bleus d’aborder les matches qualificatifs contre le Kazakhstan (samedi 13 novembre) et la Finlande (mardi 16 novembre) en toute sérénité… et impunité.

12 novembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
26 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires