Accueil Editoriaux Non à la justice stalinienne de Mme Taubira !
Editoriaux - Internet - Justice - Politique - 20 juillet 2014

Non à la justice stalinienne de Mme Taubira !

Le jugement qui vient d’être prononcé par le tribunal correctionnel de Guyane à l’encontre d’Anne-Sophie Leclère, ex-candidate Front National aux dernières élections municipales, soulève l’indignation générale, du moins si l’on en croit les réactions postées sur différents sites internet, même si certains de nos compatriotes s’en réjouissent, annonçant des lendemains qui ne chanteront guère pour les défenseurs de la liberté d’expression…

Pour avoir comparé Christiane Taubira, Garde des Sceaux, à un singe en transférant sur sa page Facebook une image qui circulait déjà sur la toile, l’intéressée a été condamnée à neuf mois de prison ferme et à 50 000 € d’amende, à la suite d’une plainte déposée par une association antiraciste guyanaise.

Cette décision conduit à s’interroger sur la hiérarchie des valeurs sociales juridiquement protégées en France, sur laquelle se fondent pourtant la légitimité et la sévérité de la sanction pénale. Ainsi, les violences commises à l’encontre des personnes sont plus gravement punies que les dommages causés aux biens, le respect de la vie humaine bénéficiant d’une considération supérieure à la défense du droit de propriété.

Alors que bien des tribunaux ne condamnent les auteurs de délits portant atteinte à l’intégrité physique de leurs victimes qu’à des peines de prison assorties de sursis, s’ils ne se contentent pas d’un simple « rappel à la loi », le tribunal de Cayenne vient, par ce jugement, de discréditer l’image de la justice aux yeux du peuple français, au nom duquel celle-ci est pourtant rendue…

Si l’acte reproché à Mme Leclère semble difficilement défendable, il reste que le bestiaire politique ne date pas d’aujourd’hui, la comparaison des hommes de pouvoir à des animaux ayant depuis toujours fait le bonheur des caricaturistes. Et dans cette ménagerie, le singe tient une place de choix, Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen en firent naguère les frais, sans qu’aucune poursuite judiciaire n’ait été engagée…

En réalité, cette condamnation démontre la volonté de certains juges, en particulier ceux qui appartiennent au Syndicat de la magistrature comme le Président du tribunal ayant rendu la décision en cause, de prévenir toute velléité de contestation de l’idéologie antiraciste, qualifiée à juste titre de communisme du XXIème siècle par Alain Finkielkraut. Il appartient dès lors à tous les Français épris de liberté de combattre énergiquement ce nouveau totalitarisme !

À lire aussi

Nouvelle offensive gouvernementale contre le gaspillage, cette fois non alimentaire

Dans notre société hyper-individualiste, où les désirs de chacun ont vocation à devenir de…