Cliquez pour acheter

Putain, cent ans… Autant dire un siècle. Centenaire aujourd’hui censé commémorer la naissance de . En cette auguste occasion, qu’il soit permis à l’auteur de ces lignes d’égrener quelques souvenirs.

10 mai 1981, Place de la Bastille, j’y suis. Sapé comme l’as de pique, bien sûr : mes pompes bicolores n’ont pas survécu très longtemps. Il fallait partir au service militaire, lieu où mes ribouis de carnaval n’allaient pas forcément être en adéquation avec le paysage à venir.

Dans la foulée, l’intronisation du Panthéon. J’y suis encore. En plein orage, sous une flotte wagnérienne. Un souvenir néanmoins : tous les hiérarques socialistes sont costumés en gris anthracite, sauf Roland Dumas, tout de beige vêtu. Trente ans plus tard, j’ai eu l’occasion de lui poser la question du pourquoi du comment de cet accoutrement, comment dire, embarrassant… La réponse relevait de ce « off » si en vogue ces temps derniers :

J’ai fêté l’arrivée au pouvoir de François chez une fille dont je ne me rappelle même plus le nom et je n’ai pas eu le temps de me changer ensuite.

Voilà comment tout s’explique. Roland était dans une dame, tout simplement.

Dans les mois suivants, deux psychoses en miroir. Crétins de droite, persuadés que les chars de l’Armée rouge allaient camper sur les Champs-Élysées et couillons de gauche imaginant qu’un Augusto Pinochet local tenterait un putsch à la sauce chilienne.

Et François Mitterrand dans tout ça ? Je rassurais les premiers en leur rappelant – ou leur apprenant – que le Florentin avait été d’extrême droite avant même qu’ils ne mouillent leurs premières couches. Et câlinais les seconds en leur assurant que, parenthèse algérienne mise à part, l’armée française avait toujours professé un légalisme des plus consternants. Ainsi va la vie, quoique celle du défunt célébré ait pu être autrement plus complexe.

François Mitterrand, c’est la boîte de chocolats de Forrest Gump ; on ne sait jamais trop ce que l’on va trouver en son for intérieur. Ses attaques contre la finance furent mises au crédit de ses convictions de gauche, alors qu’elles n’étaient que réplique sismique de son ancestral tropisme maurrassien, fortement teinté d’anticapitalisme.

Bref, c’est quand le gouvernement socialiste d’alors nationalise à tout va que François Mitterrand se montre digne de son héritage d’Action française. Et c’est, en 1983, lorsqu’empruntant le tournant de la rigueur, qu’il bazarde ses idéaux de jeunesse, ralliant une sorte de libéralisme de droite tout en foulant aux pieds ses idéaux de gauche. Ou le contraire, peu importe : il se delorise…

Dit de la sorte, tout cela peut paraître complexe ; mais en fait pas du tout et Jean-Pierre Chevènement n’a cessé de le répéter, par livres interposés. Ayant renoncé à lutter contre ce « mur de l’argent », il choisit d’écouter la voix des visiteurs du soir, les deux Jacques, Delors et Attali, plutôt que celles le poussant à faire prospérer l’héritage gaullien, magnifique complexe industriel, seul au monde à pouvoir rivaliser avec celui des Américains.

Cette question, je l’ai évidemment posée, en off, au même Roland Dumas. Pourquoi un tel tournant libéral et européen, au lieu de continuer à camper sur le pré carré français ? Réponse :

François et moi avons été élevés dans le grand récit de la Grande guerre et avons fait nos premières armes politiques durant la suivante. Nous ne voulions plus de nouveau génocide européen. Tout était bon pour cela. Accepter la réunification allemande à condition de leur imposer l’euro…

Soit continuer à faire comme avant, comme si de rien n’avait jamais été ? L’Allemagne, persistant à demeurer géant économique tout en demeurant nain politique ? « Il y avait de ça… », m’a répondu l’auguste vieillard.

Sauf que cette Europe allemande que François Mitterrand voulait à tout prix éviter, elle nous revient, ici et maintenant, en pleine face.

Pour le reste, François Mitterrand aura au moins su tenir bon sur d’autres sujets, celui de la repentance de la France, pour ne citer que ce seul exemple. Alors, rien que pour ça… Bon anniversaire Tonton !

26 octobre 2016

À lire aussi

Donald Trump : l’éternel retour gagnant ?

Ce dimanche 28 février, Donald Trump battait le rappel de ses troupes à l’occasion du trad…