Cinéma - Editoriaux - 28 avril 2015

Julie Gayet nous fait son cinéma

Un islamiste assassin qui veut s’en prendre aux paroissiens d’une église, un jeune enfant qui disparaît, un quartier de Marseille qui ressemble de plus en plus au Chicago des années 20 avec règlements de comptes en série à la kalachnikov, des migrants de plus en plus nombreux en Méditerranée et un séisme au Népal faisant plusieurs milliers de morts ; avouez qu’il n’y a pas de quoi sauter de joie ces derniers temps.

Et, en plus, le nouveau Closer nous fait presque pleurer sur les petites misères de Julie, la diva du sleeping de l’Élysée, Julie la blonde. Le magazine nous décrit la compagne du Président comme une actrice malheureuse. Quel drame pour elle, elle ne peut impulser sa carrière comme elle le veut. Tout cela parce qu’en partageant la vie du président de la République, Julie Gayet va peut-être devoir faire une croix sur sa carrière. Non, nous rassure Closer.

D’abord car l’actrice tourne actuellement sous la direction de Pascal Elbé dans Merci pour votre collaboration aux côtés de Vincent Elbaz et Zabou Breitman. Elle y campe l’épouse de l’escroc israélien Gilbert Chikli. Un rôle auquel elle tient tout particulièrement. On se demande bien pourquoi.

“Ce rôle, c’est un vrai coup de cœur pour elle”, confie une source des milieux de la production au magazine VSD. Toujours selon la même source : “Ce serait vraiment le moment pour elle que sa carrière prenne un autre tournant. Elle voudrait qu’on arrête de la prendre pour la potiche du président.” Tout le problème est de savoir qui est la potiche de l’autre.

Devant les malheurs de Julie, suite à sa relation avec l’homme au Vespa, l’hebdomadaire a trouvé la solution, une solution très simple : « Que son couple avec le président de la République soit enfin officialisé. » D’ailleurs, notre informateur croit savoir que “des propositions, elle en reçoit. Mais si une officialisation de sa relation avec François Hollande intervenait, on pourrait davantage la faire travailler en tant qu’actrice.”

Vous pensez certainement que son statut d’actrice serait ainsi “boosté” par sa nouvelle situation conjugale présidentielle. Vous avez tort, pour le magazine à scandales, ce n’est que pour l’excellence de son jeu que les producteurs se coucheront à ses pieds pour obtenir qu’elle tourne. Même sur des sujets futiles, on nous prend vraiment pour des demeurés.

Oui, nous vivons vraiment des temps difficiles. Heureusement, nous avons Closer !

À lire aussi

Brexit Party

Environ 35 % des électeurs, par leur bulletin, se révolteraient contre l'attitude de There…