Editoriaux - Table - Télévision - 7 mars 2015

JoeyStarr à l’Elysée

Il nous faudra boire la coupe jusqu’à la lie. Nous n’y échapperons pas car plus rien n’arrête "Moiprésident".

Pour preuve la réception, il y a quelques semaines à sa table officielle d’un homme hautement méprisable : Didier Morville. Cette réception a été dévoilée par le magazine SoFilm du 5 mars. Qui est-ce ? Didier Morville, alias “JoeyStarr”, né le 27 octobre 1967 à Saint-Denis, est un rappeur, compositeur, producteur et acteur français, relate le site Wikipédia Débutant dans le métier comme “Hip-hoppeur”, “smurfeur” et autre “graffeur”, c’est lui qui va imposer le sympathique et innocent logo Nique Ta Mère (NTM). Sollicité comme acteur, il tournera même avec des célébrités incontestables, comme l’actuelle fiancée de "Moiprésident". Voilà pour le côté "cool" du personnage. L’envers est plus glauque…

En effet, le petit Didier a été condamné quatorze fois pour différents délits le plus souvent liés à des faits de violence, notamment envers des femmes :
– 1995, six mois de prison et d’interdiction de scène pour “propos outrageants” envers la police lors d’un concert (en appel, la peine est allégée à deux mois avec sursis) ;
– 1998, deux mois de prison pour avoir agressé une hôtesse de l’air ;
– 1999, six mois de prison pour coups et blessures sur son ancienne compagne ;
– 2000, amendes pour détention d’un pitbull non stérilisé et agression d’un passant ;
– 2001, un mois de prison pour détention d’arme sans permis dans le cadre d’une affaire de trafic de cocaïne ;
– 2002, condamnation pour mauvais traitements envers des animaux après la diffusion d’une émission de télévision où il frappait son singe ;
– 2003, quatre mois de prison pour une altercation avec des gendarmes mobiles ;
– 2009, trois mois de prison pour violences conjugales et un peu plus tard la même année, deux ans d’emprisonnement, dont six mois ferme, pour violences avec menace d’une arme ;
– 2013, interpellation à Liège, en Belgique, pour faits de rébellion envers des policiers.

Il est vrai que ce pauvre garçon a eu une enfance difficile. Sa propension à cogner, insulter et à se comporter comme un malotru vis-à-vis de son entourage, surtout s’il est physiquement plus faible, est donc compréhensible. Ce qui l’est moins, c’est que cet énergumène soit reçu à la table officielle de la Présidence.
Qu’a-t-il fait pour mériter tant d’honneurs ? Pourquoi, les Chiennes de garde et autres féministes n’ont pas protesté contre l’accueil enthousiaste d’un tel personnage par le représentant des Français ? Et encore je passe sur le fait que l’intéressé s’est vanté publiquement d’être sorti de l’Élysée « bien fracassé », autrement dit « bien bourré » grâce, notamment, à la bouteille de rhum qui circulait librement autour de la table.
C’est dingue ce qu’on s’éclate à l’Élysée aux frais du contribuable… Pour ma part, je trouve cette réception indécente. Et j’attends avec impatience le jour où les électeurs mettront tous ces gens à la porte.

À lire aussi

Il faudrait que Belloubet et Castaner se décident à tirer la corde dans le même sens

Il est vrai que madame Belloubet s'est fixé pour objectif principal non pas de lutter cont…