Editoriaux - Société - Sport - Table - Télévision - 10 août 2016

Jeux olympiques et paralympiques : une hiérarchisation intolérable ?

Pendant que les Jeux olympiques battent leur plein, les athlètes paralympiques doivent passer leur tour et attendre que les valides aient terminé leur compétition pour qu’ils puissent engager la leur. Les Jeux olympiques qui ont débuté le 5 août se termineront le 21 août et ce n’est que le 7 septembre que les Jeux paralympiques prendront le relais. Jusqu’au 18 septembre.

Pourquoi donc une telle hiérarchisation des compétitions ?

Les athlètes paralympiques font honneur aux mêmes valeurs sportives que les athlètes olympiques, à savoir la loyauté, le respect, le contrôle de soi, la joie dans le sport et, bien sûr, le dépassement de soi. C’est Pierre de Coubertin qui disait : « Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre. » Surtout, ils sont tout aussi méritants, si ce n’est plus. Pour preuve, lors des Jeux paralympiques de 2008, les athlètes handisport français ont ramené pas moins de 52 médailles dont 12 en or quand, dans le même temps, leurs compatriotes valides ont seulement rapportés 41 médailles dont 7 en or. En conséquence de quoi, il paraît pour le moins évident que ces sportifs méritent également, tout comme leurs compatriotes valides, le respect et l’intérêt du public !

En choisissant une fois de plus d’organiser les Jeux paralympiques à la suite des Jeux olympiques et non en même temps, les autorités olympiques privent les athlètes paralympiques de l’exposition médiatique et de la faveur du public à laquelle ils pourraient légitimement prétendre, compte tenu de leur investissement pour leurs pays et de leurs exploits. À ce titre, on peut regretter que les chaînes de télévision, à l’exception notable de France Télévisions, ne se bousculent pas au portillon pour acheter les droits de retransmission des Jeux paralympiques.

Il s’agit donc bien d’une “hiérarchisation” entre ces deux compétitions qui est intolérable parce qu’elle est injuste !

Encore une preuve que les handicapés sont tout aussi méritants que les valides. Oscar Pistorius, amputé des deux jambes, a couru avec les valides et même remporté une médaille avec eux lors des championnats du monde d’athlétisme de 2011, sur 4 x 400 m.

Une organisation simultanée des deux Jeux olympiques, outre le symbole, permettrait de faciliter l’insertion, au sein de notre société, des personnes en situation de handicap. Ce qui est d’ailleurs, rappelons-le, l’un des objectifs majeurs du sport.

À lire aussi

Revalorisation de l’AAH : en réalité, le gouvernement économise sur le handicap !

89 % des personnes handicapées n’ont pas confiance en la politique du gouvernement... …