Jean Lassalle, l’anti-Macron

Jean Lassalle est l’invité surprise de la présidentielle 2017. Parti avec seulement 14 parrainages le 1er mars, il a coiffé tout le monde sur le poteau en validant 708 parrainages, se plaçant de fait en cinquième position de cette première phase de la présidentielle. Parmi les 11 sélectionnés, il est le seul à avoir réussi cet exploit sans avoir ni le soutien des médias, ni le soutien d’un parti. Ces élus qui l’ont parrainé, il les a rencontré en 2013 lors de ses neuf mois de marche à la rencontre des Français et, le temps venu, ils se sont souvenus du député-pèlerin.

Cette connaissance charnelle de la France et des Français fait déjà de Jean Lassalle l’antithèse du candidat hors-sol Emmanuel Macron, mais l’opposition radicale entre les deux hommes ne s’arrête pas là.

Jean Lassalle est né en 1955, ce qui fait de lui un homme mûr au visage buriné, une tronche qui contraste avec le visage lisse d’Emmanuel Macron, né en 1977 et qui, à 39 ans, ressemble à un enfant. Jean Lassalle a grandi dans l’extrême sud de la France, dans le petit village de Lourdios-Ichère, au cœur de la chaîne pyrénéenne, tandis qu’Emmanuel Macron a été élevé dans la métropole d’Amiens au cœur de la plaine picarde, tout au nord du pays. Le père de Jean Lassalle était un modeste berger béarnais, tandis que celui d’Emmanuel Macron était un grand médecin, professeur de neurologie. Jean Lassalle a obtenu un brevet de technicien agricole quand Emmanuel Macron enchaînait Science Po Paris et l’ENA, ce qui l’a conduit à une brève carrière de haut fonctionnaire puis de banquier, tandis que Jean Lassalle fondait un petit cabinet de conseil en aménagement.

Emmanuel Macron n’a jamais exercé aucun mandat, n’a jamais remporté aucune élection, alors que Jean Lassalle est un élu de terrain chevronné qui n’a jamais perdu une élection. Quelques mois avant la naissance d’Emmanuel Macron, il devenait le plus jeune maire de France et, quarante ans plus tard, il est toujours l’édile du village. En 1982, il était élu plus jeune conseiller général de son département et, depuis quinze ans, il est député de la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, un député prêt à se sacrifier pour ses concitoyens, comme il l’a prouvé avec sa grève de la faim de 39 jours en 2006, grève qui a permis d’éviter la délocalisation d’une usine et la perte de 150 emplois. Tout juste nommé ministre de l’Économie en 2014, Emmanuel Macron s’était, au contraire, illustré en allant inaugurer une usine Renault en Algérie et en affirmant qu’il “ne fallait pas avoir peur de produire à l’étranger”.

C’est en termes d’objectifs politiques que les deux hommes diffèrent le plus. Jean Lassalle est le candidat des 36.000 communes, le candidat de « la France périphérique » de Christophe Guilluy ; Emmanuel Macron est le candidat des métropoles mondialisées et déracinées. Jean Lassalle veut restaurer l’État gaullien, un État au service du peuple ; Emmanuel Macron veut achever cet État qui est un obstacle à “la mondialisation heureuse” d’Alain Minc. Jean Lassalle veut mettre l’économie au service des hommes et nous “libérer de l’oppression financière” ; Emmanuel Macron veut mettre les hommes au service de l’économie et des marchés financiers. Jean Lassalle veut une “Europe des nations” alors qu’Emmanuel Macron veut une Union européenne supranationale. Jean Lassalle veut que les multinationales occidentales cessent de piller l’Afrique afin que les Africains puissent vivre dignement chez eux ; Emmanuel Macron veut que les Africains désespérés viennent travailler à bas prix en France.

Jean Lassalle a annoncé sa candidature à la présidentielle au mois de mars 2016, Emmanuel Macron au mois de novembre. Depuis, Emmanuel Macron bénéficie d’une couverture médiatique inouïe pour un nouveau venu en politique, tandis que Jean Lassalle a été, sauf exception, totalement exclu du PAF. Emmanuel Macron est considéré comme le futur vainqueur tandis que Jean Lassalle est considéré comme le clown de la présidentielle. Et si Jean Lassalle, l’anti-Macron, se révélait être la grande surprise de cette élection ?

À lire aussi

Européennes : surprises et leçons du vote d’outre-mer

La bourgeoisie, fût-elle catholique, se retrouve de plus en plus dans le projet d’Emmanuel…