Du talent de Jean d’Ormesson, je ne dirai rien. On m’a appris à finir mon pain, ma soupe, et si je n’aimais pas ça, à ne pas en dégoûter les autres. Certains lecteurs d’Harlequin ont besoin d’un supplément de philosophie, respect.

C’est le personnage qui me plaît. Le vieux monsieur qui donnait des leçons de morale à Roger Peyrefitte, qui participe pour les pièces jaunes à “Qui veut gagner des millions ?” ou chante, comme il vient de le faire, avec les Enfoirés la d’Éluard. Le gentil vieillard, le papy présentable, et même formidable, l’aïeul ouvert au monde postmoderne, attentif ensemble à toutes les dérives et à toutes les modes, expert en MP3, smartphone, applis diverses, humanitaire, un type capable d’aider un arrière-petit-enfant à lancer une banque de micro-crédit à Bali, génial, quoi, et avec ça, talon rouge yeux bleus, ces merveilleux yeux bleus de momie aztèque. Le modèle de circulateur transgénérationnel, la France qui s’en va enfin aimable aux yeux de la France qui vient, une sorte de trésor vivant, l’incarnation parfumée du vivre ensemble.

L’inverse, en quelque sorte, des pépés flingueurs. Ce Delon qui fait honte à toute la en racontant que les hommes doivent sortir avec des femmes. Cette Bardot qui est contre l’abattage halal. Ce Galabru qui se lamentait à propos des « pédés ». Ce Tesson fier de claironner que les « musulmans foutent la merde ». Pas sortables. Sauf devant la dix-septième chambre. Dégoûtants. Immoraux. Vilains. Marcel. Caca. Prout. Sales vieillards indignes qui exhibent les horribles convictions acquises en des temps obscurs comme un bébé traîne partout avec lui son chiffon.


Jean d’Ormesson, lui, est bien propre sur lui et fait où on lui dit de faire, où son intérêt, la haute idée qu’il a de lui-même et le miroir magique des lui disent de faire. C’est un modèle pour tous nos vieux. On a connu toutes sortes de collaborations, depuis que toutes sortes d’invasion forcent les locaux à s’adapter : lui a inventé la collaboration d’âge, sans doute plus avisée dans les années de sang qui viennent que la collaboration de classe. Pour lui, le n’est qu’une farce, puisqu’il est irremplaçable.

10 mars 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.