Adèle est une institutrice de 28 ans. Insatisfaite en amour, elle a sympathisé avec Benoît sur un site de rencontre. Grand brun ténébreux à l'allure farouche, amateur de littérature classique, Adèle pensait avoir trouvé en Benoît un compagnon idéal. Elle se ne doutait pas que sous ses airs enjôleurs se cachait un électeur de Marine Le Pen. Elle nous raconte son cauchemar :

"J'ai eu mes premiers soupçons lorsqu'il s'est endormi devant un film de Claude Lelouch » se souvient Adèle, encore troublée par ces quelques mois passés aux côtés de l'extrémiste. Au départ charmée par les manières sophistiquées du raciste, la jeune prof ne se doute de rien, le manipulateur ayant poussé le vice jusqu'à avoir des cheveux et à porter des vêtements normaux. Diplômé de la prestigieuse université de Nanterre, Benoît était issue d'une unie, du moins c'est ce qu'espère encore Adèle :

J'étais persuadée que Benoît venait d'une normale et n'avait pas été battu par ses parents, mais maintenant j'en viens à penser qu'il a peut-être été violé par un prêtre.

[the_ad id="473440"]

Des propos d'une violence inouïe

C'est après une visite au musée des arts premiers consacrée aux masques rituels de la civilisation dogon que le destin d'Adèle bascule. En sortant du musée, le couple est apostrophé par une jeune personne issue de la diversité qui leur demande une cigarette dans le langage pittoresque et savoureux popularisé par le talentueux Jamel. Non-fumeur, le couple se retrouve dans l'incapacité d'aider la jeune victime des lobbies du tabac. C'est alors que l'individu (sûrement éprouvé par une journée où il dut subir plusieurs contrôles policiers) en vient à utiliser de vive voix des métaphores freudiennes pour décrire la relation qui unissait Benoît et sa génitrice. C'est en rentrant en métro que Benoît eut cette terrible phrase « C'est vraiment tous les mêmes… »

La descente aux enfers

C'est alors que Benoît sombre de plus en plus dans la haine de l'autre, d'autant plus incompréhensible qu’il n'avait pas passé son enfance dans le Nord-Pas-de-Calais. Pris en flagrant délit en train d'écouter Éric Zemmour sur RTL, Benoît a du mal à trouver une explication convaincante « il a essayé de me faire croire qu'il cherchait France Inter » explique Adèle. « Par la suite, j'ai appris en lisant la presse que ces personnes avaient souvent des tendances mythomanes et j'ai pu assembler les pièces du puzzle. » De plus en plus angoissée par ces affinités cryptototalitaires, Adèle se décide à en parler à une amie qui la convainc de fouiller dans l'historique de l'ordinateur personnel de Benoît et dans ses mails.

Un catalogue des horreurs

Et c'est tout un pan occulte de la vie de Benoît qui défile sous les yeux ébahis d'Adèle : « Il était à la limite du néo-nazisme » raconte-t-elle en sanglotant. Il avait par exemple taxé la talentueuse chanteuse ZAZ de « pouilleuse qui ferait mieux de trouver un vrai travail » dans les commentaires en ligne du site internet d'un hebdomadaire sarkozyste. Sans oublier des liens enregistrés vers des textes du site terroriste Fdesouche.com critiquant l'association SOS Racisme. Et puis, parmi les mails conservés par Benoît, elle tombe sur l'inimaginable : il avoue à un ami qu'il envisagerait de voter Marine Le Pen puisque que nous ne serions « plus chez nous » (sic).

Après avoir changé de numéro et déménagé, Adèle envisage depuis peu de rencontrer un nouveau partenaire, mais c'est une longue convalescence qui l'attend avant de pouvoir faire confiance aux hommes une nouvelle fois.

Pour me reconstruire plus rapidement, j'ai décidé de me consacrer à la prévention du lepénisme dans l'éducation. Pour éviter que d'autres femmes se fassent avoir par ce de maniaques, je rencontre les collégiens et je leur raconte tout simplement mon histoire.

Des conseils à nos lectrices pour débusquer un lepéniste ?

Beaucoup ne portent plus leur traditionnel blouson d'aviateur et certains ont même laissé tombé les Rangers ; un crâne rasé peut être un bon indice mais n'est pas obligatoire. En tout cas, il est nécessaire de se méfier si l'on tombe sur quelqu'un qui fait preuve d'exaspération en écoutant les meilleures chansons de Cali et qui n'a jamais regardé aucun film avec Kad Merad. Il faut aussi faire extrêmement attention si la personne gagne moins de 2 000 euros par mois.

Est-il possible de les guérir ?

Les chercheurs sont partagés sur le sujet, quelques guérisons ont déjà été observées à la suite de visionnages massifs de sketchs d'Omar et Fred mais il est préférable d'agir par la prévention. La mairie de vient d'ailleurs de financer un atelier gangsta rap pour les écoles maternelles et des projections du film « Nuit & Brouillard » pour les élèves de primaire. vient aussi de sortir sa dernière campagne « Yo man ! Marine elle est vraiment pas swag » à destination des adolescents « chébrans ».

Nous avons donc bon espoir pour les nouvelles générations.

5757 vues

1 octobre 2012

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.