L’article de Joris Karl consacré à Caroline Fourest, et paru sur Boulevard Voltaire, est aussi odieux dans ses procédés rhétoriques qu’inconsistant dans son argumentation. J’en ai honte pour lui. Les attaques ad hominem ne montrent rien, même quand elles sont conduites pour masquer le vide de pensée.

La manière dont il surnomme trois médias, « Anal Plus », « Charlie Pédo », et « Rance Deux », confondant le drôle avec le vulgaire, le fin avec le gros, n’est pas non plus du meilleur goût. Par son ton, par ses images, par son vocabulaire, l’article en question frise avec la justification de la et la violence. En ce sens, je le trouve indigne. Trop facile d’utiliser des moyens que l’on reproche à ses adversaires ! On ne peut pas, comme le fait cet article, approuver des attitudes qui sont parentes avec le lynchage ! On ne peut pas non plus accepter la haine, sous le prétexte qu’il y en aurait de l’autre côté !

Je crains que les détracteurs de ne sombrent dans le piège de la rivalité mimétique entre la haine qui transparaît à travers leurs écrits et celle qu’ils imaginent à tort ou à raison exister dans le camp qu’ils pourfendent. Qu’ils fassent leur l’adage : je ne suis pas d’accord, Madame, avec vos idées, mais je vais me battre pour que vous puissiez les exprimer en toute quiétude. Pour mon particulier, j’ai fait de cet adage ma religion. La d’expression ne se divise pas. Dans la mesure où elle est attaquée de façon aussi scandaleuse depuis plusieurs jours, où certains cherchent à la bâillonner par la violence, et où son intégrité physique est menacée, j’apporte mon soutien sans réserve à Caroline Fourest. Comme je l’apporte à Camus, objet d’une interdiction professionnelle larvée pour avoir exprimé dans la presse un choix électoral contestable.

Ah, j’oubliais, Monsieur Karl… a ses idées ! Prenez-les au sérieux, expliquez-vous avec elles, bref travaillez au moins un peu, puis offrez-nous une contre argumentation convaincante. Les lecteurs de Boulevard Voltaire en seront ravis.

22 avril 2013

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.