Accueil Culture Jacques Attali candidat aux élections présidentielles de 2017 ? Chiche !

Jacques Attali candidat aux élections présidentielles de 2017 ? Chiche !

« Un bonhomme rose à pois verts, étudiant Erasmus, astrologue, prophète, comédien, essayiste, polémologue, mystique, théologien, “businessman”, chanteur, “playboy”, chef d’orchestre, économiste, philosophe, espion, juriste, inventeur, sera peut-être candidat aux élections présidentielles de 2017. L’homme présente par ailleurs l’avantage d’être une personnalité unanimement reconnue pour sa modestie. Pleinement conscient des difficultés quotidiennes que les Français traversent, notre touche-à-tout sera à l’écoute des plus humbles. »

Voici ce que pourrait donner la biographie de sur un tract de campagne. La réalité est autre. L’homme s’est fait connaître au cours des années 1980, en tant que consigliere officieux de feu François Mitterrand. Depuis, il est de toutes les coteries, toujours présent dans l’ombre, aux côtés de nos monarques républicains. Nicolas Sarkozy et François Hollande ont fait appel à ses services. Les résultats de ses conseils d’ami se font toujours attendre. Pourtant, le grand homme ne doute pas, il s’est persuadé d’avoir les solutions pour redresser la France, ou plutôt l’idée qu’il se fait de la France. C’est pour cela qu’il n’« exclut pas » la possibilité de présenter sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. Ne riez pas, tout cela est très sérieux, car Jacques Attali est toujours sérieux lorsqu’il parle de sa personne préférée : lui-même.

Partisan d’une ligne politique parfois abusivement qualifiée de « libérale-libertaire », Jacques Attali est surtout allergique à l’Histoire, aux frontières, aux identités nationales, aux réglementations, aux traditions. Il pourrait faire sienne la célèbre phrase d’un autre clerc contemporain tout aussi immodeste, son ami Bernard-Henri Lévy : « Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, “franchouillard” ou cocardier, nous est étranger, voire odieux. »

Pour Jacques Attali, la France doit être plongée à toute force dans le mondialisme, complètement déracinée. Dans sa vision du monde, il n’y a plus d’êtres différenciés, de cultures particulières. Les femmes pauvres sont encouragées à devenir des usines à bébés pour les riches, pourvu que cela participe à la croissance économique. L’Europe se voit sommée d’accueillir des centaines de millions de « migrants », travailleurs à bas coût, et ferments d’une société post-historique grâce au multiculturalisme. Quant au Code du travail, l’oracle n’est pas loin de penser qu’il faille le supprimer.

Cette candidature aurait au moins le mérite d’éclairer le jeu politique. Nicolas Sarkozy, François Hollande, Alain Juppé et Manuel Valls sont sur la même ligne idéologique que Jacques Attali. Ils veulent une Union européenne fédérale, ouverte aux quatre vents des prédations migratoires et économiques, soumise aux technocrates de Washington et Bruxelles. D’ailleurs, Emmanuel Macron doit son poste actuel à sa rencontre avec Jacques Attali en 2008, lorsque les deux hommes travaillaient ensemble pour le compte de Nicolas Sarkozy à un projet de loi portant… sur la « modernisation de la vie économique ». Lequel projet de loi a été en partie adopté sous la présidence de François Hollande, au mépris de la démocratie et de nos institutions, en utilisant à plusieurs reprises l’article 49 alinéa 3 de la Constitution.

Jacques Attali serait donc un choix idéal pour conduire un front antirépublicain, soutenu par l’RPS réuni. Face à lui, les seuls à résister encore seraient les patriotes, attachés à nos souverainetés politique et culturelle. Prions donc pour qu’il soit candidat en 2017 !

À lire aussi

Élections allemandes : quels changements pour le « couple » franco-allemand ?

Au défi allemand, Emmanuel Macron répond par l’offensive, prenant le risque de se découvri…