Editoriaux - Presse - Religion - 20 avril 2015

Islam : tout est-il vraiment pardonné ?

Le Volkskrant du 17 avril, citant Le Monde, apporte une précision intéressante à propos des couvertures de Charlie Hebdo : entre 2005 et 2015, sur les 523 numéros, seulement 7 d’entre elles concernaient l’islam. Le journal néerlandais consacre tout un article à un ouvrage posthume de Charb, en librairie ces jours-ci, intitulé Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes. Hormis l’étrange silence entourant la sortie de l’ouvrage en France, semble-t-il, nous ignorons si l’Observatoire national contre l’islamophobie, ainsi que le recteur de la mosquée de Paris Dalil Boubakeur, sont concernés par l’invective posthume de Charb. J’ai bien ma petite idée là-dessus, mais, mais… prudence.

L’observatoire en question souligne avec empressement la multiplication par six, au premier trimestre 2015, des actes antimusulmans, cependant que Dalil Boubakeur réclame le doublement du nombre de mosquées en France. Au même moment (18 avril), l’on apprend qu’en Australie, cinq jeunes musulmans projetaient de se payer des agents de police au couteau ou au sabre à Melbourne, lors des commémorations concernant la Première Guerre mondiale, cependant qu’aux Pays-Bas, l’innocence outrée et néanmoins intégralement voilée arrivait au tribunal pour déposer plainte contre l’État hollandais, au motif que ce dernier n’ait empêché son innocente progéniture de partir pour la Syrie…

Résumons : explosion de crimes commis (ou projetés) au nom d’Allah un peu partout dans le monde et plus particulièrement au Moyen-Orient, tous les jours, des dizaines d’humains sont tout simplement exterminés au nom d’Allah. Toutefois, selon les dires des “bons” musulmans eux-mêmes, nul crime commis en son nom ne peut résulter de la religion de paix et d’amour. “Ce n’est pas ça, l’islam !” est-il clamé en effet à chaque tête qui roule. L’islam semble donc, selon ses propres dires, saturé d’imposteurs commettant des crimes en son nom. L’on avance également assez volontiers, afin d’exonérer l’islam de toute violence, que les premières victimes de l’islamisme sont les musulmans eux-mêmes : en prime, l’islamisme serait donc islamophobe. Rajoutez à ceci ce fait étrange : la première couverture de Charlie Hebdo, après l’extermination de sa rédaction par des gens se réclamant du Prophète, titrait : “Tout est pardonné.” Conversion instantanée des cathophobes survivants de Charlie Hebdo au christianisme : ils tendent l’autre joue !

Là-dessus, une drôle de rumeur arrive à nos oreilles : Dieu se serait suicidé ! Il se trouvait en effet sur une embarcation quelque part en Méditerranée avant-hier, en compagnie d’hommes, de femmes et d’enfant, des “croyants”, tous habités par lui, par Dieu, en route vers une terre meilleure de l’autre côté, fuyant guerres, faim, persécutions, misère, violences. Sur l’embarcation, certains le nommaient certes “Seigneur”, cependant d’autres le nommaient “Allah”. Et voilà que certains des “croyants” habités par “Allah” se mettent en tête de jeter par dessus-bord les croyants habités par le “Seigneur” ! Dieu se serait donc jeté lui-même par-dessus bord ! Nous pouvons cependant raisonnablement exclure qu’il soit schizophrène. Ne reste donc que l’imposture, qui se terre également en mer : l’un des deux dieux n’est pas le bon. Petit indice : les noyés n’ont pu commettre le crime.

À lire aussi

Culpabiliser : de la question migratoire à celle du climat

En France, c’est Zemmour, viré de certains médias, en Hollande, c’est un certain Robert Je…