Le dernier grand chantier - mais pas sûr - du quinquennat expirant est la retenue à la source de l'impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP). Mais pas toutes les personnes, tant s'en faut ! Seuls les individus au physique séduisant pour M. Fisc méritent toute son attention, soit environ un petit quart de la population française.

Le projet qui "sera effectif en 2018", quel que soit le nouveau nous dit-on, ne vise pas à rendre plus égalitaire la contribution des citoyens aux services étatiques dont tous bénéficient, mais à s'assurer des rentrées rapides et mensuelles pour abonder les caisses de l'État, toujours en retard de paiement envers ses créditeurs...

Outre que les employeurs vont être chargés de cette nouvelle besogne pour laquelle, que je sache, ils ne seront pas rémunérés - en quelque sorte, un travail au noir officialisé -, elle double celle qui a déjà fait la fortune de Bercy, à savoir la TVA pour laquelle ils travaillent déjà avec un zèle obligé. Quant à ceux qui n'ont pas de patron, ils assureront eux-mêmes la comptabilité fiscale, ce qui ne changera guère de la situation présente.

Certes, je ne suis pas un produit de l'ENA. Cependant, je pense être doté d'un certain sens de la logique. Je me demande si la mensualisation de l'impôt, telle que je la pratique avec détachement (sinon délectation) depuis fort longtemps, n'est pas une solution beaucoup plus simple, puisque le contribuable devra toujours s'attacher annuellement au travail fastidieux de la déclaration et de ses annexes !

La vraie réforme - pour ne pas dire révolution - serait de faire contribuer l'ensemble des citoyens au prorata de leur revenu et justifier ainsi ce que déclaraient les pères fondateurs de la République, principe solidaire et égalitaire que les vicissitudes du temps, mais surtout des alternances politiques, ont dévoyé au détriment des "riches" !

La contribution généralisée à taux constant, connue sous le terme de "flat tax " par les nombreux pays qui l'appliquent, n'est, à ma connaissance, préconisée actuellement que par deux hommes publics : Hervé Mariton et Charles Beigbeder. Le premier, député de la Drôme, est candidat aux primaires des Républicains. Le second est chef d'entreprise.

Certes, cette application ne ferait pas contribuer ceux qui n'ont pas de revenus, qui sont en général les mêmes recevant des allocations, aides et assistance - français ou étrangers -, c'est-à-dire les bénéficiaires de la générosité toute tricolore que peu de pays nous envient.

Une invention française, en revanche, a été adoptée par nombre d'États à juste titre. La TVA est l'impôt le plus juste qui fait contribuer les citoyens et résidents permanents aux services dont ils bénéficient, selon leurs moyens. Petits consommateurs, vous payez peu, gros client, vous vous acquittez d'une généreuse donation.

C'est d'ailleurs cette TVA qui, en France, collecte déjà une part très importante des rentrées nourrissant l'ogre de Bercy.

121 vues

8 août 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.