Le 5 juillet 1962, trois mois et demi après les accords d’Évian, l’Algérie devenait officiellement indépendante. S’ouvrait alors, non pas une période de paix et de prospérité, mais une guerre algéro-algérienne et une dictature socialiste révolutionnaire qui mènera à la ruine du pays. Cette violence et cette effroyable décadence étant d’ailleurs symbolisées par le massacre d’Oran le même jour et par les monstrueuses exécutions des harkis restés sur place, trahis et abandonnés par le pouvoir gaullien.

Cela fait 60 ans que l’Algérie a obtenu son indépendance vis-à-vis de la France, ancienne puissance colonisatrice, mais cela fait 60 ans que la France a adopté une attitude de soumission, de repentance et de culpabilité mémorielle à l’égard de son ex-colonie.

À rebours de cette marque d’infamie que la gauche intellectuelle entend faire peser sur le passé colonial de la France, le bilan de ces 132 années de colonisation de la France en Algérie est pourtant loin d’être négligeable. Comme l’explique Jean Sévillia dans Le Figaro (6/11/2018), « la France a équipé ce pays, elle a construit des routes, des ponts, des barrages. L'œuvre médicale est extraordinaire, dans un territoire jusqu'alors envahi par les fièvres. [...] L'œuvre scolaire n'a rien eu de négligeable : elle s'est seulement heurtée à la réticence de la grande majorité de la population musulmane à l'idée de confier ses enfants à une école sans Dieu. La métropole a importé en Algérie des techniques agricoles modernes, inconnues jusqu'alors. »

On ne refera pas ici l’histoire de la guerre d’Algérie, mais on peut légitimement se demander pourquoi, depuis 60 ans, la France, avec un empressement honteux, se soumet aux diktats des différents dirigeants qui se sont succédé au pouvoir en Algérie. Pourquoi la France accède-t-elle aux demandes algériennes et ouvre-t-elle peu à peu les archives de cette période quand l’Algérie tient les siennes fermement cadenassées ?

Pourquoi, si la France était si honnie de l’autre côté de la Méditerranée, a-t-on favorisé légalement l’immigration algérienne en France depuis l’indépendance, accélérant « le phénomène qu’on avait prétendu conjurer par la sécession : il y a aujourd’hui plus de possesseurs de la nationalité algérienne en France qu’il y avait de musulmans algériens en 1830 ? » (Michel De Jaeghere, Le Figaro Histoire). Comme le dit Jean Sévillia, c’est « un rare exemple d'un peuple choisissant d'aller vivre auprès de ses prétendus tortionnaires » !

Rappelons à ce titre qu’entre 1962 et 1972, l’immigration algérienne augmente de 65 % en France. Sait-on que, selon l’Observatoire de l’immigration et de la démographie, la diaspora algérienne en France compte 2,6 millions de personnes au moins, dont 846.000 immigrés stricto sensu ? Sait-on également que les Algériens bénéficient, depuis l’accord franco-algérien du 27 décembre 1968 (modifié en 1985, 1994 et 2001), de facilités inouïes pour s’installer en France, y commercer, obtenir un titre de séjour, faire jouer le regroupement familial ?

Et pourtant, la générosité d’une France qui a toujours maintenu les bras ouverts à son ancienne colonie – invalidant par là même l’intuition gaullienne que l’on ne pourrait supporter chez nous le poids d’une population à la démographie galopante -, cette ouverture française, donc, n’est rien moins que reconnue. Et elle est inutile, autant que contre-productive.

La France, condamnée à battre sa coulpe, n’en fera jamais assez. Emmanuel Macron n’avait-il pas déclaré, en février 2017, que la « colonisation était un crime contre l’humanité » et que la France « d[evait] présenter ses excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avions commis ces gestes » ?

Une vision fausse, une imposture historique qui est comme un écho à l’imposture de cette « paix » algérienne » de 1962 : aujourd’hui, les jeunes descendants des immigrés algériens, qui n’ont pas connu cette sale guerre et que la France élève en son sein, la cultivent avec un soin jaloux et une rancœur tenace. Leur haine de la France n’est que le fruit de notre détestation de notre passé. Quand la France prendra-t-elle donc son indépendance vis-à-vis de l’Algérie ?

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 07/07/2022 à 8:06.

4461 vues

05 juillet 2022 à 20:09

Partager

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

52 commentaires

  1. Voilà un résumé particulièrement bien écrit. A partir de là, ceux qui veulent s’informer sur cette période peuvent le faire sans aucun problème. Je rajouterai un petit détail sur la colonisation en général: C’est la gauche qui l’a initiée et encouragée, c’est la gauche, qui aujourd’hui la critique le plus. Quelque part, ces gens sont un peu dérangés quand même… Je partage sur FB.

  2. Ils ont tout reçu avant l’indépendance !
    Ils ont continué à tout recevoir pendant le processus de l’indépendance !
    Ils ont continué à tout recevoir après l’indépendance !
    Ils réclament toujours plus !
    Mais il refuse de donner quoi que ce soit en retour…
    Si ce n’est que problèmes après problème !
    Leur hymne national est une insulte, si non plus, envers la France !
    C’est assez comme ça, il y a des limites à tout !

  3. Faut-il vraiment commenter… Nous avons vraiment l’impression qu’une instance immatérielle préside aux destinées du monde.

  4. C’est étrange cette manie qu’ont les gens qui nous détestent de venir s’établir chez nous, auraient-ils de mauvaises intentions ?

  5. comme d’hab’ ,seule la France ,oups ,les chefs d’état français , s’inclinent , et font des courbettes , alors que l’on sait très bien qu’en face , ils ne le souhaitent pas .car c’est leur justification de leur politique calamiteuse , qui est le malheur de l’Algérie (je parle des dirigeants et non pas du peuple algérien ) dernière riche idée , apprendre l’arabe à l’école .une crainte , c’est que ce soit pour négocier le gaz algérien ,pour remplacer le gaz russe ..à quel prix ?

  6. Nous nous sommes toujours mis à genoux devant ce pays de terroristes .
    C’est bien Boumediene qui a dit qu’ils envahiraient la France avec le ventre de leurs femmes c’et bien ce qui se produit ,ils ont virer la France et ils viennent tous en France .

  7. Il faut une sacrée dose de perversion et un sacré manque d’amour-propre, d’honneur, de personnalité et de respectabilité, pour aller s’installer chez l’ancien et ignoble colonisateur tout en le vomissant au quotidien ! D’accepter, pour peu qu’on travaille, de faire les métiers les moins gratifiants ou de s’humilier à accepter l’aumône des droits sociaux. Et, en face, il faut une sacrée lâcheté aux politiciens pour savoir tout cela et s’en accommoder sans broncher !

  8. C’est étrange cette manie qu’ont les gens qui nous détestent de venir s’établir chez nous, auraient-ils de mauvaises intentions ?

  9. Ce sont les français qui ont créé l’Algérie.Ce pays n’existait pas avant leur arrivée au 19 ème siècle…

  10. L’Algérie était, avant son indépendance, un département français qui bénéficiait de tous les avantages accordés à l’ensemble des départements à savoir hôpitaux modernes, maillage routier de qualité, des lycées et universités remarquables sans oublier les mêmes allocations familiales et autres. Au lieu d’entretenir leur pays les algériens ont laissé les ruines remplacer ce qu’avait fait la France et maintenant ils viennent nous envahir avec l’assentiment d’un président traître à la France.

  11. « Quand la France prendra-t-elle donc son indépendance vis-à-vis de l’Algérie ? »
    Je suis Pied-Noir,métisse méditerranéenne, et je pense que la France devrait -d’abord- dire la vérité sur les accords d’Evian, sur les accords De Gaulle/Staline, faire un grand ménage dans cette « gauche » qui détruis la France depuis 1945, sur ceux qui ont aidé le FLN en France et ont été impuni, dire la vérité sur la conquête de la BARBARIE, et surtout « REFUSER » le regroupement familial, l’immigration de ces pays.

  12. Qui l’eut cru? dans tous les pays, avec le temps, le nombre d’anciens combattants diminue. Pour l’Algérie, l’ âge se situe autour de 80ans. et, miracle, plus le temps passe plus il se trouve d’anciens moudjahidines!
    Il faut dire qu’être titulaire d’une carte d’ « ancien combattant » vous permet de bénéficier d’avantages au quotidien, et qu’il suffit de deux témoins pour l’obtenir!

    1. Il semblerait que vous n’ayez pas participé à cette sale guerre qui a vu mourir 30 000 de nos soldats et de nombreux autres, dont je fais partie, avec des séquelles pour le reste de leurs jours. Ma pension annuelle pour cette année 2022 est en effet colossale (782 €) sans aucun autre avantage au quotidien comme vous l’annoncez.

      1. Vous avez mal compris ce qu’il y a ete ecrit, il est question d’anciens combattants algeriens.

Les commentaires sont fermés.