Culture - Editoriaux - International - Presse - 6 novembre 2013

Immigration : une chance aussi pour la Norvège…

L’immigration sauvage, chacun le sait, nous enrichit chaque jour davantage. Nous, en France, on sait ça depuis longtemps. Du moins, c’est ce que disent à longueur d’antenne les responsables socialistes et la droite « républicaine »… ainsi que la quasi-totalité des journalistes, des « experts », des patrons, des animateurs, des stars du show-biz, etc. Nos amis norvégiens, eux, bénéficient désormais à leur tour de ce bonheur exquis.

Parce que, du côté d’Oslo ou de Narvik, ça commence à se diversifier sévère.

Dans les polars polaires du genre Millénium, les méchants sont souvent des vilains néonazis, évidemment locaux pure souche. Dans la réalité scandinave, quand vous vous faites agresser ou violer, le méchant nazi a souvent l’allure d’un gros black musclé. Plus délinquant soudanais que pêcheur des fjords…

Si on ouvre les yeux, la liste des faits diversifiés au nord de l’Europe est impressionnante d’exotisme.

Ce lundi 4 novembre par exemple, au pays de Breivik, un car a été détourné par une de ces « chances pour la Norvège ». Le Monde nous narre la suite de ce tendre conte multiculturel : « L’auteur présumé de l’attaque est un homme originaire du Sud-Soudan, né en 1982 […] Il est soupçonné d’avoir poignardé à mort, pour une raison encore inconnue, les trois autres occupants du car qui ne comptait pas d’autres passagers. Les trois victimes sont le chauffeur du car, un passager suédois – âgés tous deux d’une cinquantaine d’années – ainsi qu’une jeune femme de 19 ans. »

L’image de la jeune fille blonde est diffusée sur la Toile. Cette femme qui avait tout l’avenir devant elle a malheureusement croisé ce qu’on appellera sans doute un « déséquilibré ». Le tueur serait, d’après la presse locale, un demandeur d’asile qui devait être expulsé le lendemain… Il n’a pas dû supporter d’être ainsi éjecté d’un pays où il pensait avoir juste à se servir. Trois Européens en ont payé le prix. L’enrichissement forcé à coups de poignard !

Le Monde précise qu’« en 2003, sur la même ligne entre Valdres et Oslo, un Éthiopien avait déjà tué le chauffeur de l’autocar après avoir assassiné un demandeur d’asile dans un centre d’accueil local. Il avait été condamné à l’internement psychiatrique. »

Dans cette étrange colonisation du continent, largement acceptée, voire demandée par les colonisés, si le colon est repoussé, il se venge, pardon : il enrichit. Logique, finalement.

De toute façon, les chiffres virent à l’absurde : à Oslo, selon les propres statistiques de la police norvégienne, en 2009, la quasi-totalité des viols de jeunes femmes avaient été l’œuvre d’hommes « non occidentaux ». En 2010, Mohamed fut le prénom le plus donné aux enfants de la capitale !

À méditer pour nos intellos à la Caron : la Norvège connaît un chômage très faible et pourtant rejette de plus en plus le multiculturalisme. En septembre dernier, la droite, alliée au FN du coin (le Parti du progrès) a écrasé les élections. Bizarre, non ?

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …