Aux antipodes des capitulations européennes et américaines, l'Australie vient de prendre, la semaine dernière, une décision historique concernant l'immigration clandestine. Un coup de semonce qui en annonce peut-être d'autres...

« À partir de maintenant, tout demandeur d’asile qui arrivera en Australie par bateau n’aura aucune chance d’être autorisé à rester dans le pays comme réfugié », a averti le Premier ministre (de gauche) Kevin Rudd. Une déclaration ferme et plus concrète que celle du Britannique Cameron, lequel, malgré ses discours parfois lucides, est un peu le Sarko d'Albion. Mais un choix à l'opposé de celui d'Obama qui veut régulariser en masse les délinquants, pardon, les immigrés illégaux. Sans parler de nos propres dirigeants ou de la foldingue ministre congolo-italienne.

Pour expliquer la nouvelle politique, une campagne de com' sans fioriture a été financée à hauteur de 1,8 million d’euros. Sur les affiches, on voit un bateau au milieu de l’océan, avec cette phrase : « Si vous venez ici sans visa, vous ne pourrez pas vous installer en Australie. »

Le moratoire sur l'immigration prend effet dès maintenant, pour au moins un an. D'autre part, la fédérale versera des primes aux personnes ayant permis d'identifier les passeurs et leurs complices !

Les réactions n'ont pas tardé chez les bisounours de tout poil. Si l'opposition (de droite) a timidement approuvé, Amnesty International, elle, dénonce « le jour où l’Australie a décidé de tourner le dos aux plus vulnérables de la planète », et les organisations locales de des droits de l'homme préparent des manifs dans tout le pays. Incroyables images de jeunes gens d'origine européenne qui ne veulent surtout pas qu'on stoppe l'invasion de leur pays. On parle quand même de 1.000 arrivées par jour... La situation est grave pour un pays de 22 millions d'habitants dont une part grandissante d'Asiatiques (essentiellement Chinois et Indiens) qui débarquent en masse. Si rien n'est fait, les Australiennes de souche européenne faisant de moins en moins d'enfants, les nouveaux venus, dotés d'une fertilité débordante, modifieront très rapidement la physionomie de l'Australie des pères fondateurs !

Sur le terrain, une fois la nouvelle loi proclamée, les émeutes d'immigrés n'ont pas tardé. Sur l'île de Nauru, des centaines de demandeurs d’asile se sont évadés d'un centre de rétention. Dont une grande partie d'Iraniens... « Des détenus se sont munis de couteaux et de barres de fer avant de prendre le contrôle du centre. Près de la moitié des 500 demandeurs d’asile du centre se sont échappés et plusieurs bâtiments ont été incendiés », raconte Le Monde.

Cet événement nous montre que les bastions occidentaux sont à la croisée des chemins. Soit on ouvre les portes et la submersion sera totalement irréversible d'ici peu, soit on emploie la force. De ce choix découlera le monde dans lequel vivront nos enfants...

62 vues

26 juillet 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.