“Immigration : la catastrophe. Que faire ?” Le Gallou répond

Cliquez pour acheter

Je viens d’achever la lecture d’un livre dense de près de 500 pages que consacre à l’immigration (Éditions Via Romana). C’est un livre repère. Un livre que tous les lecteurs de Boulevard Voltaire devraient lire. Une véritable encyclopédie qui, chapitre après chapitre (il y en a 48), fait l’historique, puis les constatations dramatiques de cette immigration qui aboutira tôt ou tard au remplacement de la population de souche si aucun gouvernement ne réagit à cette invasion physique, culturelle et spirituelle. Ses solutions sont celles que nous souhaiterions tous, enfin ceux d’entre nous qui ont une âme patriote, et un esprit lucide. Après Le Suicide français d’Éric Zemmour, voilà les pages qu’il faut avoir lues.

Le Gallou a réalisé un travail monumental, avec une documentation qui servira encore longtemps de référence. La somme de ce travail n’est pas contestable. L’immigration subie par la France et par l’Europe tout entière est destructrice de notre civilisation. Avant même l’arrivée récente de ces colonnes sans fin, de ces débarquements quotidiens sur nos côtes méditerranéennes, l’auteur montre, les preuves s’accumulant page après page, que l’immigration est nocive. Qu’elle est catastrophique et que, contrairement à ce que beaucoup de nos élites pensent, elle n’a jamais été et ne sera jamais une chance pour la France.

Il est évidemment impossible de résumer un tel livre. Notons que son découpage en chapitres facilite grandement et la lecture et la recherche. Le Gallou détaille 13 catastrophes : sécuritaire, scolaire, pour l’emploi, pour les salaires, pour le logement, pour les familles françaises. La catastrophe sanitaire, administrative, écologique, budgétaire. La catastrophe pour les libertés, pour la démocratie, pour la souveraineté française. Il termine ce premier chapitre en décrivant le Grand Remplacement des populations, puis celui, plus insidieux, de notre civilisation.

Le deuxième chapitre en étudie les causes majeures : le phénomène mutant des migrations, le promoteur historique de l’immigration en la personne du grand patronat, puis les intérêts de la superclasse mondiale qui nous a obligés à ouvrir nos frontières. Il clôt ce deuxième chapitre en accusant les droits de l’homme d’avoir trahi les particularités nationales.

Il a titré son troisième chapitre « La grande trahison », celle des ligues de vertu antiracistes, celle des grands lobbies communautaires, celle aussi des ambiguïtés de l’oligarchie catholique, celle des bons apôtres des ONG, celle des avocats de l’immigration, celle de la manipulation des médias et de leur “pas d’amalgame”, celle des publicitaires du genre de Benetton, qui nous impose le métissage. La trahison des sondages, aussi, celle du juge « maton moral du politiquement correct », celle de Bruxelles, celle de l’État français et de nos politiques.

Les autres chapitres sont consacrés à l’esprit de résistance : il faut cesser de croire à l’intégration, à l’aide au retour, aux demi-mesures, à la carte d’identité infalsifiable, à l’illusion des valeurs républicaines. Il faut prendre en compte les leçons de l’Histoire et il décrit les principes de redressement : abroger les lois liberticides, revoir l’enseignement, adopter la préférence nationale et bien d’autres options pour, enfin, conclure qu’il va falloir envisager la remigration concertée et planifiée.

Un livre indispensable sur notre table de nuit car il résume tout notre combat actuel et à venir !

À lire aussi

Le croissant musulman sur une église d’Albi

Imaginez la scène, le drame national, si un drapeau français avait été planté un vendredi …