Le Maroc vient de démanteler in extremis une cellule dépendant de l’État islamique qui projetait de brûler vif un apostat. Heureusement, les autorités veillaient et leur sinistre dessein n’a pu être mené à bien.

Le Maroc, comme tous les pays du Maghreb, connaît un mouvement de conversion de l’islam vers le christianisme, le plus souvent évangélique, très rarement catholique. Il ne s’agit pas d’un torrent mais d’un petit filet. La grande majorité des Marocains restera musulmane ! Mais le nombre de convertis en du Nord compense peu ou prou celui des chrétiens français qui font allégeance à Allah et son prophète. Et tout maigrelet qu’il soit, ce filet perturbe en profondeur le Maroc qui y voit une remise en cause de son identité.

Le Conseil supérieur des Oulémas, association officielle, a émis une fatwa : ceux qui, après admonestation, persisteraient dans leur foi chrétienne sont condamnés à mort. Plus modéré, le gouvernement punit d’un an de prison les tentateurs - les chrétiens qui auraient évangélisé un Marocain - et ceux qui, nés musulmans, mangent ostensiblement en public pendant le ramadan.

Le Maroc n’étant pas une dictature, les « apostats » essaient de s’organiser. Ils ont crée une association. Un site Web encore en construction - « le mouvement des ex-musulmans » - tente de démarrer sur la Toile mais rien n’est facile pour eux. Même en France, les « renégats » se cachent et dissimulent leur identité. Par exemple, un blogueur, que la bien-pensance qualifie sans doute d’islamophobe forcené, sévit sur la Toile sous le pseudonyme « apostat kabyle ». Il se présente comme Kabyle, né de parents musulmans, mais qui n’a adhéré à aucune religion. Il se garde bien de révéler son nom.

Dans son rapport sur "le sentiment d'appartenance à la République" remis au président de la République mi avril, le président du français, Gérard Larcher, insistait avec raison sur le droit absolu à l’apostasie. Rien ne serait pire que d’enfermer ceux qui sont nés dans l’islam dans le carcan de cette et de les traiter non en Français mais uniquement en musulmans. Mais les bien-pensants ont, comme de bien entendu, dénoncé le rapport Larcher pour cette raison.

Pourtant, nous avons là un sacré motif d’espérance : l’islam extrémiste n’est pas une fatalité pour les musulmans ! Certains peuvent devenir chrétiens, athées, croyants mais laïcs ou simplement croyants modérés qui respectent le modèle français. Il ne faut pas capituler et ne rien accorder à l’islam qui ne soit dérogatoire par rapport aux autres religions. Absolument rien ! L’intégration et la paix dans notre nation sont à ce prix !

174 vues

4 mai 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.